La bande à PSA

  • La bande à PSA
    La bande à PSA
Publié le , mis à jour

Le match de Rome a vu l’avènement de relais pour Thierry Dusautoir avec Nicolas Mas et Maxime Mermoz, personnages qui ont joué un rôle important durant le week-end. Pourvu que ça dure...

Cela fait trois ans que l’on attend cela. Outre une certaine qualité de jeu et une hypothétique régularité dans les résultats, on espère voir une génération prendre la succession des Servat, Nallet, Bonnaire, Rougerie ou encore Harinordoquy au sein du XV de France. Seulement PSA a eu beau multiplier les essais, derrière Dusuatoir et Papé depuis trois ans, c’était le désert. Pas à Rome.

« Tillous-Borde doit s’affirmer »

Au bord de la crise de nerfs et sportive, les Bleus ont su se sortir de l’ornière et certains joueurs ont pris une nouvelle ampleur durant le week-end romain. Mas et Mermoz ont enfin pris leur destin en mains et en quatre-vingts minutes sont devenus des cadres. « Il nous en faut encore un ou deux. Un garçon comme Scott Spedding, peut, doit être celui-là. Il a l’âge et la bouteille pour cela », affirmait durant la nuit de dimanche et lundi le sélectionneur. Spedding mais aussi des garçons de la charnière. « Tillous-Borde doit s’affirmer. Cela fait trois ans qu’il tient la baraque au RCT aux côtés des Botha, Wilkinson ou Giteau. C’est à lui maintenant de prendre son ampleur », poursuivait Saint-André. Le Toulonnais mais aussi le Clermontois Parra, par leur poste doivent aussi devenir des tauliers du poste. Alors les Bleus pourront espérer un bon parcours durant le Mondial.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?