Quand les joueurs prennent les clés du camion

  • Quand les joueurs prennent les clés du camion
    Quand les joueurs prennent les clés du camion
Publié le , mis à jour

Quelques exemples d’équipes autogérées ou presque qui n’ont pas si mal réussi.

XV de France 1995

1995 : l’équipe de France commandée par Phillipe Saint-André justement va jusqu’en demi-finale de la Coupe du monde. Elle échoue de très peu face aux Springboks. En cours de compétition, l’équipe s’était largement affranchie de la tutelle de son entraîneur Pierre Berbizier, surtout avec l’arrivée en cours de compétition de Fabien Galthié, que Berbizier n’avait pas sélectionné à la base (il lui préférait Aubin Hueber). La cohabitation des deux hommes n’allait pas de soi et Fabien Galthié fut d’emblée titulaire, en position de leader.

Stade français 2000

2000 : le Stade français devient champion de France officiellement sans entraîneur, cas unique dans l’histoire du championnat de France. Limogé en mai, l’entraîneur Georges Coste n’a pas été remplacé. Une sorte de comité de joueurs dirigé par Fabrice Landreau et Diego Dominguez sont censés mener la troupe. On apprendra plus tard que Bernard Laporte a donné un coup de main en douce. Les Parisiens seront sacrés champions de France à la surprise générale.

Angleterre : 2007

2007 : l’Angleterre qu’on annonçait en perdition, se hisse jusqu’en finale de la Coupe du monde après avoir battu les Bleus au Stade de France. Officiellement, l’équipe est entraînée par Brian Ashton nommé à la va-vite peu de temps avant. On apprendra par la suite à travers les biographies de Mike Catt et de Lawrence Dallaglio que les joueurs avaient pris les clés du camion très tôt dans la compétition et que le pauvre Ashton ne décidait de pas grand-chose.

XV de France 2011

2011 : la France, très mal partie, va jusqu’en finale de la Coupe du monde qu’elle aurait dû gagner face aux All Blacks. Mais les relations étaient très tendues entre Marc Lièvremont et le groupe depuis le Tournoi précédent. Les joueurs lui reprochant trop de critiques publiques. Après la défaite contre le Tonga, les joueurs se prennent en charge et se préparent comme ils l’entendent. Imanol Harinodoquy l’avouera sans détour. Lièvremont quittera ses fonctions dans la foulée même s’il s’était fait un dernier plaisir : faire jouer Parra à l’ouverture à la place de Trinh Duc pour la demie et la finale.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?