Les clés de Toulouse - Bordeaux

  • Les clés de Toulouse - Bordeaux
    Les clés de Toulouse - Bordeaux
Publié le / Mis à jour le

Quelle stratégie adopteront les Bordelais pour tenter de déborder les Toulousains ? Les Stadistes corrigeront-ils leurs problèmes récurrents en mêlée ? Voilà deux des enjeux de ce match crucial ...

Dominés dans l’agressivité et le combat à Grenoble, le Stade toulousain doit avant tout s’attacher à remettre son rugby dans l’ordre face à Bordeaux. Un objectif qui passera par une conquête fiable.... Sur le reculoir en mêlée et imprécis en touche en Isère, les Stadistes devront en premier lieu s’assurer des munitions suffisantes pour ne pas se mettre en situation de « surjouer » et s’exposer aux contres comme au stade des Alpes. « Quand on ne peut jouer que deux ballons au lieu de dix, on est obligé de tenter des choses qui ne se font pas habituellement, regrettait Guy Novès dans les coulisses de l’arène grenobloise. Être dominé dans certains secteurs de jeu a forcément des conséquences sur tout le reste... C’est ce qu’il faudra s’attacher à régler dans la semaine. »

Cruciale conquête

Facile ? Pas forcément puisque, derrière celui du Racing-Metro, Bordeaux-Bègles dispose du meilleur contre en touche du championnat. Clarkin et Chalmers, cerveaux de l’alignement de l’UBB, chercheront ainsi fatalement à faire déjouer la touche stadiste qui enregistrera toutefois le retour comme titulaire d’Imanol Harinordoquy. À charge pour le Basque, responsable des annonces, de trouver les bonnes zones pour permettre aux siens de conserver leurs ballons, mais surtout de mettre en place des ballons portés, secteur dans lequel Toulouse montrait une belle progression ces dernières semaines.

Mais c’est surtout en mêlée que les Toulousains seront attendus au tournant. Bougés par des Grenoblois qui ne sont pourtant pas les plus réputés dans ce secteur, le pack rouge et noir aura une revanche à prendre sur lui-même. L’UBB le sait bien, qui cherchera à mettre à mal le Stade dans ce secteur sans lequel il n’est plus vraiment lui-même... Reste que les Toulousains voudront fatalement relever le défi, et si possible priver l’Union de ces ballons sur lesquels elle adore lancer le jeu.

Opposition de styles

Le jeu. Voilà bien l’autre aspect d’une parie qui ne se cantonnera pas à la conquête... Le capitaine Matthew Clarkin l’a d’ores et déjà annoncé : pas question pour l’UBB de renier ses principes. « Serrer le jeu, pour nous ça ne marche pas, on n’est pas capable de le faire, ce n’est pas dans notre ADN et surtout pas à Toulouse. Si on y va avec cet esprit, on risque de se tromper gravement. On doit avoir peur de passer à côté de ce match. On ne peut pas se permettre de prendre une grosse défaite si on doit jouer le barrage européen la semaine suivante.»

De fait, on peut s’attendre à ce que l’UBB cherche à faire courir au maximum les lourds avants toulousains. Forts de lancements de jeu bien huilés, les Girondins rêvent d’ores et déjà de faire des misères à une défense toulousaine parfois friable en milieu de terrain. De leur côté, les Stadistes chercheront en priorité à mettre en place leur jeu fait de passes après contact, qui leur permet de trouver de la continuité. Une volonté qui passe par la nécessité de remporter les duels. Pour ce faire, les Toulousains s’appuient en priorité sur leur puissance de leurs porteurs de balle privilégiés, que ce soit au niveau des avants (Tekori, Picamoles, Steenkamp, Johnston...) ou des trois-quarts (David, McAlister). Une opposition de style qui annonce du grand spectacle !

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir