Damien Vicente : « Nous n’allons pas à Aix pour défendre »

  • Damien Vicente : « Nous n’allons pas à Aix pour défendre »
    Damien Vicente : « Nous n’allons pas à Aix pour défendre »
Publié le , mis à jour

Chambéry est à l’aube d’écrire une nouvelle page de son histoire. Deux ans après le titre de champion de France de Fédérale 2, les Savoyards peuvent décrocher une montée en Pro D2. Deux aventures vécues par le troisième ligne, Damien Vicente, acteur majeur de la belle saison du SOC.

La performance chambérienne, ce dimanche, a impressionné tous les observateurs. Quel était l’objectif de ce rendez-vous ?

Dimanche, nous voulions gagner peu importe la manière. C’est ce que nous sommes arrivés à faire dans un match de haut niveau avec une grosse densité physique et beaucoup d’engagement. Nous avons également joué juste et l’écart est finalement justifié. Sans manquer de respect à cette équipe d’Aix-en-Provence, je pense même que nous aurions pu creuser l’écart.

Avec quatorze points d’avance, comment abordez-vous cette demi-finale retour ?

On l’aborde comme n’importe quel autre match, c’est-à-dire avec beaucoup de sérieux et de remise en question pour corriger les erreurs que nous avons commises à l’aller. Mais nous sommes également impatients car nous sommes à un match de l’exploit et d’une montée en Pro D2. Nous n’avons rien à perdre, nous sommes là pour jouer.

Vous n’allez donc pas aller en Provence sur la réserve. Comment jugez-vous cette équipe aixoise ?

Vous savez, on adore jouer et il est clair qu’on va là-bas pour faire un bon résultat. La pire erreur serait de ne faire que défendre face à Aix-en-Provence, dont l’objectif annoncé est la montée en Pro D2. C’est une équipe physique, composée de joueurs de haut niveau capables de faire la différence à n’importe quel moment et qui n’hésite pas à jouer, en déplaçant beaucoup le ballon. Ils possèdent également un gros rideau défensif et nous devrons être extrêmement vigilants face à toutes ces qualités.

Votre présence dans le dernier carré de Fédérale 1 est peut-être une surprise, mais n’est-ce pas la récompense d’un beau parcours en poule ?

Nous sommes l’invité surprise de ces demi-finales, mais notre place est amplement méritée au vu de notre saison. Nous sommes sortis d’une poule extrêmement relevée, en sachant tout d’abord rester invaincus à domicile, avec la manière. Toutes les grosses écuries sont ainsi tombées chez nous, sur des scores assez larges comme Mâcon ou Aubenas-Vals. Mais nous avons su également aller chercher des résultats à l’extérieur, nous nous sommes tout le temps battus pour en arriver là.

Des promesses que vous avez parfaitement confirmées en phases finales. Ce parcours dépasse-t-il vos espérances ?

On fait une saison magnifique, notre ambition initiale était tout simplement de se qualifier. Je pense qu’ensuite on a frappé fort contre Tyrosse, lors du match retour (57-16). Ensuite, les deux matchs contre Auch ont été engagés et nous sommes allés chercher notre qualification à la 80e minute, sur un essai après plusieurs temps de jeu. Ne rien lâcher, c’est la marque de fabrique de Chambéry.

Vous êtes présent à Chambéry depuis six ans, comment vivez-vous cette belle saison ?

Nos performances actuelles sont l’aboutissement d’un travail mené à long terme. Quand je suis arrivé en 2009, le club descendait en Fédérale 2 et nous nous étions alors lancé un défi. Celui de faire remonter Chambéry en Fédérale 1, en deux ans. Nous y sommes finalement arrivés en trois ans, avec en prime un titre de champion de France de Fédérale 2. Le noyau dur du groupe actuel a d’ailleurs participé à la conquête de ce trophée avant d’être renforcé par un recrutement intelligent. Les recrues s’intégrant très bien au sein du groupe. Nous savons donc d’où nous venons.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?