Toulouse : il y a de la revanche dans l’ère

  • Toulouse : il y a de la revanche dans l’ère
    Toulouse : il y a de la revanche dans l’ère
Publié le , mis à jour

Alors que Guy Novès vit ses dernières heures de manager toulousain, ses troupes devront battre Clermont aujourd’hui à Bordeaux, contre qui ils se sont inclinés deux fois cette saison, pour lui offfrir un répit d’une semaine.

Cela s’appelle l’art de l’équilibriste. D’un côté, on se réfugie derrière le statut de favori légitime de l’adversaire clermontois. « Clermont a fini devant nous, ça veut dire quelque chose », pose le pilier Cyril Baille. Ce que son manager Guy Novès renforce : « Une des deux premières places en championnat et une finale de Coupe d’Europe, cela prouve que cette équipe a été plus régulière et performante que la nôtre. » Même dans les affrontements directs puisque l’ASMCA s’est imposée à Ernest-Wallon en début d’exercice avant d’assurer un succès confortable lors du retour au Michelin. William Servat ne le cache pas : « Si nous avons perdu nos deux premières confrontations de la saison, ce n’est pas un hasard…»

Picamoles : «Le contexte change complètement»

Mais d’un autre côté, il faut protéger les troupes. Leur faire sentir que les compteurs sont remis à zéro. Oui, Clermont a gagné deux fois. Et alors ? « Nous connaissons les qualités des Clermontois et n’allons pas être surpris de l’opposition, affirme Servat. D’autant que l’échec en finale de la Coupe d’Europe va les remobiliser. C’est une équipe qui s’est donné les moyens de ses ambitions et qui a gagné le droit d’avoir plus de temps pour préparer ce rendez-vous avec toute la fraîcheur que cela implique. » Et penser que le staff toulousain se sert de l’orgueil laissé au cours de ces duels perdus par ses hommes pour trouver une source de motivation supplémentaire n’est pas incongru. Alors, flotterait-il un air de revanche ce samedi à Bordeaux ? Yoann Huget jure que non : « Il ne peut y avoir d’air de revanche en demi-finale. Notre première défaite était en début de saison. Puis le retour, le 3 ou 4 janvier. Cela n’a plus rien à voir. » Et Louis Picamoles de reprendre : « Le contexte change complètement. Nous avons préparé ce match sans penser aux deux précédents. »

Baille : «On est capable de tout»

En fait, les Toulousains assurent qu’ils ont surtout été cherchés leur concentration et leur soif de victoire ailleurs. Loin de cette revanche souvent attisée. Loin aussi du départ de Guy Novès qui pourrait officier pour la dernière fois sur le banc toulousain. Vrai ou faux ? « Au-delà de tout ça, il faut surtout se rappeler de notre mauvaise passe du début de saison pour apprécier ce qu’il nous arrive », clame Huget. Mauvaise passe dont ils sont finalement sortis indemnes et en ont tiré une morale, lancée par Baille : « On est capable de tout. » Même de s’inviter au Stade de France.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?