Quand Lomu marchait sur les Anglais !

  • Quand Lomu marchait sur les Anglais !
    Quand Lomu marchait sur les Anglais !
Publié le , mis à jour

Le 18 juin 1995, en demi-finale du Mondial, Jonah Lomu fracassait à lui seul la défense du XV de la Rose et faisait son entrée au panthéon des légendes de ce jeu.

Le 18 juin 1995, un surpuissant ailier de 20 ans originaire de Nouvelle-Zélande illuminait la demi-finale de la Coupe du monde face aux Anglais d’une course venue d’ailleurs. Personne ne le savait encore. Mais ce jour-là au Cap, Jonah Lomu a fait basculer le rugby dans une autre ère, celle du professionnalisme. Sans dévier une seule seconde de sa trajectoire, la comète noire faisait à elle seule voler en éclat la défense du XV de la Rose. Internet et les réseaux sociaux n’existaient pas encore. Mais immortalisée par les caméras de télévision, cette superbe remontée de balle a littéralement frappé l’imaginaire collectif et a fait basculer Lomu dans une autre dimension.

Mélange parfait de vitesse et de puissance, sa prodigieuse chevauchée sur près de 30 mètres était reprise dès le lendemain en boucle par les chaînes du monde entier. Tout comme ses trois autres essais inscrits à l’occasion de cette rencontre de Coupe du monde sud-africaine passée soudainement à la postérité. Trois minutes auront suffi à changer à jamais le destin sportif et la vie de ce jeune Hercule originaire des quartiers difficiles du Sud d’Auckland. Sans le vouloir, Lomu est devenue la première star mondiale de ce jeu. Une icône vivante toujours admirée vingt ans après par tous les habitants de ce « village planétaire ».

Catt, piétiné comme un paillasson

Plutôt que de vous raconter de manière classique ce déboulé de Lomu fatal aux Anglais, nous avons choisi de vous livrer le témoignage de sa victime principale. L’arrière Mike Catt piétiné comme un vulgaire paillasson par la bête noire avant que celle-ci ne s’affale de tout son poids dans l’en-but. « Si tu dois faire un plaquage en tant qu’arrière, cela veut dire que les 14 autres joueurs n’ont pas réussi à l’arrêter, confiait récemment l’actuel entraîneur des trois-quarts de la Rose à nos confrères de la BBC. Or, Lomu a passé tous mes coéquipiers pour se retrouver face à moi. Il venait toutefois de trébucher avant de m’atteindre. Je me suis alors dit : « Une masse de 115 kilos, tête en avant, me fonce dessus. Ça sent le passage d’un rouleau compresseur. Avec mes 90 kilos, même si je me baisse, je risque de ne pas faire le poids. » J’ai repensé aux techniques de défense qu’on m’avait enseignées : tenter une cuillère ou le pousser en le plaquant. Le seul truc dont je me souviens ensuite, c’est que j’étais par terre sur le dos. Et j’ai vu Jonah marquer l’essai. J’ai regardé de l’autre côté et j’ai vu Robin Brooke. Il est alors venu vers moi et m’a dit. Ce n’est que le début. C’est comme ça que j’ai fait la connaissance de Jonah Lomu. » Moralement touchés par cet essai de légende de Lomu, les Anglais ne s’en remettront jamais et s’inclineront 45 à 19 face aux All Blacks.

Jérôme Fredon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?