Hong Kong au capital de l’UBB

  • Hong Kong au capital de l’UBB
    Hong Kong au capital de l’UBB
Publié le , mis à jour

Pour la première fois dans l’histoire du rugby français, un investisseur étranger, et en l’occurrence hongkongais, va entrer dans le capital d’un club du Top 14, l’Union Bordeaux-Bègles.

C’est une première historique dans le rugby français. Et, cette fois, le pionner se nomme Union Bordeaux-Bègles, club de l’ambitieux président Laurent Marti, dans lequel l’investisseur Louis-Vincent Gave, 41 ans, directeur et propriétaire de Gavekal, un fonds d’investissement basé à Hong Kong, va entrer à hauteur de 10 %. Si la somme totale injectée est tenue secrète, on imagine facilement que 10 % de la valeur de l’UBB représente plusieurs millions d’euros. Ce partenariat, que d’aucuns pourraient penser inattendu, a été réalisé sous le conseil de Sport Inside Asia, agence de marketing sportif basée à Hong Kong, créée et dirigée par Jean-Baptiste Aldigé, joueur international hongkongais. Pour rappel, on doit notamment à Sport Inside Asia la création et l’organisation du match qui avait opposé le Stade toulousain au Racing en 2013 à Hong Kong. De fait, Sport Inside Asia assurera en exclusivité le développement de la marque Bordeaux rugby à l’international. Par ce partenariat, le club girondin, qui a décroché cette année une qualification historique pour la Champions Cup, entend non seulement développer et stabiliser son projet sportif au plus haut niveau français et européen mais aussi exporter son image à l’international, comme l’ont fait ces dernières années les Harlequins à Dubaï, les Saracens à Singapour, ou les London Scottish à Hong Kong. Mais jamais un club français jusqu’alors.

Le vin comme dénominateur commun

Les premiers contacts entre l’UBB et le monde asiatique ont été noués en juin 2013, au moment où le club girondin avait envoyé une délégation de son association « UBB Grands Crus » au fameux salon international du vin et du spiritueux Vinexpo, qui se tient une année sur deux à Bordeaux et à Hong Kong. C’est là que Sport Inside Asia a rencontré Laurent Marti, et que les deux entités ont commencé à discuter du projet. Les dirigeants girondins furent ensuite invités à revenir à Hong Kong en novembre, à l’occasion d’un nouveau salon du vin, le « Wine and Dine ». Là, le président Marti eu l’occasion de présenter le projet sportif du club à l’occasion d’une soirée de gala. Pourquoi Hong Kong ? Tout d’abord parce que c’est la plaque tournante du marché vinicole en Asie. Ensuite, parce que l’engouement pour le rugby y est immense. Jean-Baptiste Aldigé, qui y réside depuis plusieurs années, l’assure : « On compte pas moins de 30 000 enfants inscrits dans les clubs de rugby. Les Lions britanniques y sont venus en 2013, Hong Kong a déjà accueilli deux Bledisloe Cup, et le Hong Kong Sevens est l’événement majeur du circuit mondial. Sans oublier la Coupe du monde 2019 au Japon… » Ajoutez à cela que la Fédération hongkongaise est la seconde fédération la plus fortunée au monde (derrière l’Angleterre) et vous comprendrez que les perspectives de développement sont énormes. Sur le plan sportif, les clubs de l’UBB et de Valley RFC seront également liés par un partenariat. Outre le fait de faciliter les échanges de joueurs (deux Hongkongais s’entraîneront avec l’UBB lors de l’intersaison), l’emblème de l’UBB apparaîtra sur les maillots des 1 000 jeunes et des 600 seniors du club triple champion de Hong Kong.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?