Invictus, le ballon ovale en star

  • Invictus, le ballon ovale en star
    Invictus, le ballon ovale en star
Publié le , mis à jour

En 2009, Clint Eastwood signe un biopic sur Nelson Mandela. La finale de la Coupe du monde 1995 opposant les Springboks aux All Blacks est au cœur de l’œuvre.

Comment traiter la renaissance de la nation sud-africaine après l’Apartheid sans parler de la Coupe du monde de rugby 1995 ? Même le talentueux Clint Eastwood n’y est pas arrivé. Bien qu’il se défende qu’Invictus soit un film de rugby, ce sport est le fil conducteur du film. Intéressé par la question de l’égalité raciale et croyant à un monde où la couleur de peau ne serait qu’un détail insignifiant, Clint Eastwood voit dans le parcours de Nelson Mandela une voie à suivre, un modèle. Durant 134 minutes, le réalisateur filme en parallèle le long combat de Mandela pour se faire respecter à la tête de son pays et la vie de François Pienaar et son équipe, prête à tout, pour redonner espoir et sérénité à son pays par le biais d’une victoire en Coupe du monde. Les Springboks, ancien symbole du suprématisme blanc, devenu une équipe symbole de cette nation « arc-en-ciel » n’auront de cesse d’apaiser les tensions et d’aider le nouveau président dans sa tâche.

Deux nominations aux Oscars

Rare film laissant place au rugby, Invictus est devenue une œuvre majeure du cinéma actuel. Ayant reçu deux nominations aux Oscars et étant désigné comme « Meilleur film pour la liberté d’expression » par le National Board of Review Awards, ce dernier met en lumière comment, un jour, quinze hommes et un ballon ovale ont réussi à ramener la paix dans un pays au bord de l’implosion.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?