Damien Lagrange: «Il y a un engouement énorme autour du Stade rochelais»

  • Damien Lagrange: «Il y a un engouement énorme autour du Stade rochelais»
    Damien Lagrange: «Il y a un engouement énorme autour du Stade rochelais»
Publié le , mis à jour

Après deux années de bons et loyaux services à Oyonnax, Damien Lagrange a choisi de quitter le club pour rejoindre La Rochelle. Comment se passent ses premiers pas dans le club ?

Comment s’est passé votre départ d’Oyonnax ?

Je n’ai pas fait la sortie que j’attendais. Je me suis blessé contre le Lou en phase de poules et je n’ai pas pu disputer les phases finales. C’est un gros échec pour moi. C’était compliqué de partir. Mais je suis passé à autre chose, j’ai signé à La Rochelle et je me concentre sur mon nouveau projet.

Vous n’auriez pas pu prolonger dans l’Ain pour partir sur une meilleure note ?

Non, j’avais signé un précontrat avec un autre club et je m’étais projeté loin d’Oyonnax. Entre-temps Oyo avait déjà fait son marché et il fallait que je passe à autre chose. Finalement mon précontrat avec Bayonne n’a pas été mené à son terme, entre la fusion loupée et la descente, j’ai préféré m’engager avec La Rochelle qui a fait appel à moi.

Alors pourquoi La Rochelle ?

J’avais plusieurs contacts, mais le club de La Rochelle est en train de grandir. Les mecs restent sur une belle saison et comme ils ont perdu peu de cadres, l’effectif est encore hyper compétitif. Puis surtout il y a un engouement énorme autour du Stade rochelais, comparable à celui d’Oyonnax, alors ça m’a énormément plu.

Comment s’est passée votre installation sur les bords de l’Atlantique ?

J’ai pas encore trouvé de logement alors je me débrouille (rire). Je ne pensais pas que c’était aussi compliqué de se loger à La Rochelle. Après je vais vite trouver une solution. Je vais m’adapter, je connais dans l’effectif des mecs comme Vincent Pelo ou Julien Audy alors ça facilite mon adaptation.

Justement, comment le groupe vous a accueilli ?

C’est un club familial, tout le monde est proche, donc pour l’instant ça s’est bien passé. Mais pour le moment je m’entraîne un peu en marge de l’équipe comme je suis encore blessé. La veille de la reprise de l’entraînement, les mecs avaient organisé un grand barbecue, c’était vraiment sympa. On a pu discuter tous ensemble c’était vraiment cool.

Et le traditionnel bizutage ?

On ne nous a rien fait pour l’instant. C’est trop tôt. Je pense qu’ils attendent l’arrivée des recrues (rire). Ils nous laissent arriver doucement et au moment où on ne sera pas prêt, en soirée par exemple, ils vont nous tomber dessus. Cela ne devrait pas tarder (rire).

Avez-vous pu visiter un peu votre nouvelle ville ?

Évidemment, j’ai visité les infrastructures mais pour la ville on verra plus tard. Comme j’ai signé en béquilles, je n’ai pas franchement eu le temps de m’en occuper. Je ferai ça plus tard avec les autres nouveaux.

Et maintenant, la question qui fâche. Comment ça va se passer quand vous allez jouer contre votre coéquipier de toujours, Thibault Lasalle qui a signé à Toulon ?

On joue ensemble depuis nos 15 ans, alors c’est sûr que ça va faire tout drôle de jouer sans lui. Mais après on est des joueurs professionnels, on savait qu’on ne passerait pas toute notre carrière à côté. Mais quand on va jouer l’un comme l’autre, on va se chambrer toute la semaine, par textos. On sera potes avant et après, mais pas pendant les quatre-vingts minutes de jeu. C’est le jeu. Propos recueillis par P.I.-R.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?