Jules Plisson, le trente-septième homme

  • Jules Plisson, le trente-septième homme
    Jules Plisson, le trente-septième homme
Publié le , mis à jour

Touché à l’épaule en avril dernier, Jules Plisson est depuis plus de deux mois dans un véritable contre-la-montre. Son objectif ? Certainement pas le maillot jaune du Tour de France, mais bien une participation à la prochaine Coupe du monde.

Victime d’une luxation de l’épaule le 24 avril dernier face au Stade toulousain (défaite des Parisiens 21 à 12), Jules Plisson n’a cessé de se préparer pour pouvoir participer à son premier Mondial. Qui ne se souvient pas des larmes du jeune ouvreur lors de sa sortie sur blessure ? Entre temps, il a su se remobiliser et a commencé un contre-la-montre, afin d’être prêt pour le stage à Marcoussis. Une première étape, avant qui sait, de partir disputer la Coupe du monde en Angleterre.

Une longue rééducation

C’est à Capbreton (Landes) que le Parisien a commencé sa rééducation, au Centre Européen de Rééducation du Sportif (CERS). Pour l’ouvreur âgé de 23 ans, les journées sont intenses : huit heures d’efforts à base de séances de vélo en salle suivis d’exercices de mobilité. A dix heures, ergothérapie puis à onze heures trente, direction la piscine pour reprendre la course progressivement et réapprendre à utiliser son épaule en compagnie de kinésithérapeutes. Enfin, de quatorze à dix-huit heures, séance de musculation, kinésithérapie, exercices de mobilité et, pour finir, une séance de récupération bien méritée. L’objectif étant de retrouver la mobilité de son épaule, durement touchée face aux Toulousains. Déjà, à travers la caméra de l’Equipe 21, qui l’avait suivi une journée au CERS, on voyait la détermination du demi d’ouverture. Il déclarait d’ailleurs ne pas avoir peur du mouvement et ne pas avoir d’appréhension quant au futur. « Je n’ai jamais eu peur de défendre, je ne pense pas que j’aurais de l’appréhension à plaquer avec cette épaule, au contraire. En écoutant les médecins, ils me disent tous qu’elle sera encore plus solide qu’avant. Les adversaires pourront venir la tester, ils verront qu’elle tient bien » s’amusait le demi d’ouverture.

Après son séjour au bord de l’océan, le Parisien est retourné dans sa ville pour peaufiner le travail déjà fait au CERS. C’est à l’ADAPT que Jules Plisson a continué son programme. Manger sainement, faire du sport à côté et continuer à s’entretenir, voilà le fil conducteur du Parisien sur la route d’un possible Mondial.

Une Coupe du monde à la clé

Sa plus grande crainte était d’être mis au placard par PSA, après cette blessure. Pourtant, juste avant son départ pour Capbreton l’ouvreur a eu le plaisir de découvrir sa présence dans la liste des 36 +1. Ce petit « +1 » qui fait toute la différence et qui « donne un coup de boost supplémentaire dans la rééducation. » C’est vrai que, pour sa première blessure grave, Jules Plisson a manqué de chance niveau calendrier. Il annoncé via Twitter que sa saison était terminée et qu’il était « au fond du trou ». Il concède qu’il lui a fallu un peu de temps pour accepter cette blessure : « J’ai mis quatre ou cinq jours pour l’accepter, ça allait mieux après l’opération ». Aujourd’hui, il faut se soigner, même si le contexte est particulier. « Je sais que j’ai des délais mais on est largement dans les temps. On pensera à la liste définitive quand je serais à 100 %. » La liste définitive, synonyme de participation à un Mondial, véritable graal du monde ovale ! Or, seuls 31 Bleus s’envoleront pour l’Angleterre et ses matchs contre les plus grandes équipes de la planète. Un rêve pour Jules Plisson : « C’est peut-être l’histoire d’une vie, le destin d’une carrière. La Coupe du monde c’est magique ! Tu ne rêves que d’une chose, c’est de porter le maillot de France à une Coupe du monde. » L’ouvreur parisien relativisant malgré tout sur son sort et ses chances : « Je me dis que j’ai une petite blessure mais que tout est possible. »

En effet, demain le demi d’ouverture international du Stade français sera à Marcoussis pour faire ses preuves et montrer à PSA, et son staff, de quoi il est capable. M.A

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?