• Le bonheur d’un premier titre pour Chartres
    Le bonheur d’un premier titre pour Chartres
Publié le / Modifié le
Super Rugby

Le bonheur d’un premier titre pour Chartres

En dominant Annecy (22-20), Chartres devient champion de France de Fédérale 3. Une première dans l’histoire du club chartrain mais surtout un succès finalement logique, au terme d’une partie maîtrisée de bout en bout par les coéquipiers de Boris Nasso.

« Chartres avait disputé une finale de quatrième série en 1968, mais malheureusement nous avions perdu 6-5 contre Captieux. Si on gagnait aujourd’hui, ce serait historique » nous avouait ce matin le président de Chartres, Jean-Marie Biège. Son vœu a été exaucé par ses joueurs dans l’après-midi, sur la pelouse du stade Louis-Darragon de Vichy. Dans le sillage de Louvet, Nasso et et M. Franke, tout trois auteurs d’un essai (5e, 25e et 54e), les Chartrains ont maîtrisé cette finale de bout en bout. En surprenant d’entrée leurs adversaires, ils donnaient le la. Rarement inquiétés en première période, les joueurs de Chartres n’arriveront pourtant pas à se détacher au score. Pour faire simple, lors des quarante premières minutes, Annecy est venu trois fois dans la moitié de terrain chartraine. Deux fois l’action s’est conclue par une pénalité d’Annecy, la dernière s’est terminée … dans l’en-but haut-savoyard. Chartres initiant une contre-attaque de 80 mètres, où cinq joueurs touchèrent la balle, avant que Boris Nasso, ailier reconverti à l’ouverture « pour les besoins de l’équipe » selon lui n’aille à dam. La seconde période sera tout en maîtrise, Chartres n’étant même pas franchement inquiété lors du retour en grâce des joueurs d’Annecy, pourtant ponctué de deux essais en quinze minutes. A voir la joie des supporters et des joueurs au coup de sifflet final, nul doute que le retour pour Chartres sera festif et certainement moins long qu’à l’aller.

Annecy dépassé par l’événement

Cueilli d’entrée par un essai de Louvet (5e), Annecy ne reviendra jamais dans la rencontre. Rarement inquiétants en première mi-temps, les Haut-Savoyards s’en remettent à Étienne Ninet, demi-d’ouverture et buteur pour ne pas être décrochés au score, sans pour autant proposer un jeu à la hauteur de l’événement. A la mi-temps, tous les espoirs sont permis puisqu’avec un coup de pied de 55 mètres de Ninet, Annecy ne compte que six points de retard (12-6, 40e). En seconde période, les changements et notamment les entrées de entrées de Cuzzit (22) et Baurès (20) apporteront de l’expérience et de la fluidité aux Haut-Savoyards. En fin de rencontre, les Annéciens se montreront plus libérés et inscriront deux essais. Le premier sur un groupé pénétrant, conclut pas ce même Baurès, omniprésent et le second étant un essai de pénalité accordé par l’arbitre de la rencontre dans les arrêts de jeu. Or, si le score de 22 à 20 peut sembler cruel pour Annecy, les Haut-Savoyards n’ont jamais vraiment été dans le rythme. P.I-R. et R.P.

Crédit photo : Rugby Chartres Métropole

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir