• Refaire briller l’étoile
    Refaire briller l’étoile
Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Refaire briller l’étoile

L’ESG a payé très cher les nombreux changements de la dernière intersaison mais est parvenue tout de même à se maintenir.

La saison n’a pas été une sinécure pour Gimont. Maintenus in extremis, les Gersois ont eu du mal à faire prendre la mayonnaise. En effet, les arrêts simultanés de Sébastien Busato, promu manager, et de Damien Duffaut, joueur-entraîneur qui a décidé de prendre une année de repos, combinés aux nombreux départs de cadres vers des clubs voisins, ont pesé lourd dans la saison en dents de scie.

De nombreux retours

Cette année, l’Etoile sportive gimontoise espère briller à nouveau. Et ce n’est pas Damien Duffaut et ces dix ans d’expérience - il a mis un terme à sa carrière professionnelle il y a déjà trois ans et qui a fait un break d’une saison - qui vous dira le contraire. Cet enfant du club a savouré ses quelques mois de « retraite » avant de se repentir et de décider de chausser à nouveau les crampons : « J’ai été entraîneur-joueur pendant deux ans mais je n’avais plus envie. En revanche, jouer de nouveau, sans me prendre la tête en faisant les compositions ou en préparant les entraînements, j’avoue que cela m’a donné envie. J’ai suivi les résultats de Gimont de très loin la saison dernière. Mais j’ai pu constater que les départs de nombreux joueurs avaient fait beaucoup de mal au club. Du coup, l’ESG a misé sur la formation et je pense que cela paiera bientôt. Cette année, nous enregistrons pas mal de retours au club et nous allons pouvoir commencer à reconstruire sereinement autour de notre manager, Sébastien Busato, et de nos coachs, Vincent Pène et Benoît Bornancin. Nous n’avons pas un budget extensible et l’argent que nous avons, nous l’investissons auprès des jeunes. C’est la politique de la maison. Cette année, nous viserons le maintien mais dès qu’il sera acquis, nous irons voir plus haut et essaierons de monter. Il faut être ambitieux. Nous savons que ce ne sera pas simple car nous avons pu constater que la Fédérale se resserre de plus en plus et que l’argent y est de plus en plus important. En tout cas, nous ferons de notre mieux. Et c’est aussi mon cas. Je suis revenu pour m’investir à 100 %. » M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir