Les Blacks ne savent pas perdre

  • Les Blacks ne savent pas perdre
    Les Blacks ne savent pas perdre
Publié le , mis à jour

Les Blacks entrent dans ces Four-Nations avec une étiquette de grandissime favoris. En remportant les trois dernières éditions, les Blacks se sont donné un statut de bête à abattre, au combien mérité.

Le joueur à suivre : Julian Savea

On a hésité entre Fekitoa, C. Smith, Barrett, Slade, SB. Williams, Nonu et les trente-quatre autres Blacks. C’est finalement Julian Savea qui a eu nos faveurs. Pourquoi ? Parce que du haut de ses 24 ans, l’aîné d’Ardie Savea compte 33 sélections pour 150 points (!) soit 30 essais (!!) avec le maillot frappé de la fougère argentée. Pour obtenir un quatrième Rugby Championship consécutif les Blacks comptent sur leur pépite. Ce finisseur hors pair est à la fois puissant et rapide et est en plus devenu un défenseur correct. La conquête du sacre de l’hémisphère sud passera, très clairement, par un enchaînement de performances de haut vol du natif de Wellington.

Le capitaine : Richie McCaw

Monument en péril, Cap’tain McCaw reste un très bon joueur et un excellent meneur d’homme. Du haut de ses 138 sélections (!) le joueur des Crusaders va apporter une pointe de combat au jeu très spectaculaire des Néo-Zélandais. Ce joueur qu’on a aimé détester raccrochera ses crampons (internationaux) après la Coupe du monde, c’est donc bel et bien son dernier four nations. Nul doute qu’il voudra partir sur une bonne note. Ceux qui le pensent à court de rythme se fourvoient. Depuis qu’il évolue au plus haut niveau du rugby Néo-Zélandais c’est la première fois que Richie dispute autant de rencontres en une saison sous le maillot des Crusaders (14 rencontres comme en 2007-2008).

La forme de l’équipe :

Lors de 27 dernières rencontres les Blacks ont perdu… une rencontre face à l’Afrique du Sud. Autre statistique : depuis 2012 ils ont disputé 42 rencontres pour deux défaites et deux nuls, soit 38 victoires. Ces Blacks sont sur un nuage depuis qu’ils ont soulevé la Webb Ellis chez eux en 2011. Invincibles ou presque ils devront tout de même se méfier des squads Sud-Africains, Australien et (à une échelle moindre) Argentin, qui ne sont jamais battus d’avance.

Le groupe :

Les arrières : Kerr-Barlow (Chiefs), Perenara (Hurricanes), A. Smith (Highlanders), Barrett (Hurricanes), Carter (Crusaders), Slade (Crusaders), Sopoaga (Highlanders), Crotty (Crusaders), Fekitoa (Highlanders), Nonu (Hurricanes), Smith (Hurricanes), SB Williams (Chiefs), Dagg (Crusaders), Jane (Hurricanes), Milner-Skudder (Hurricanes), Naholo (Highlanders), Piutau (Blues), Savea (Hurricanes), B. Smith (Highlanders).

Les avants : Crockett (Crusaders), Faumuina (Blues), B. Franks (Hurricanes), O. Franks (Crusaders), Moody (Crusaders), T.Woodcock (Blues), Coles (Hurricanes), Elliot (Chiefs), Mealamu (Blues), Taylor (Crusaders), Broadhurst (Hurricanes), Retallick (Chiefs), Romano (Crusaders), Thrush (Hurricanes), S. Whitelock (Crusaders), Cane (Chiefs), Kaino (Blues), McCaw (Crusaders), Messam (Chiefs), Read (Crusaders), Todd (Crusaders), Vito (Hurricanes).

Quels peuvent être les objectifs ?

Quels doivent* être les objectifs ? Les Néo-Zélandais ne peuvent pas se contenter du minimum. Champions du monde en titre et triple vainqueurs du Four Nations, les joueurs de Steve Hansen ne peuvent se contenter d’autre chose que du titre. De plus ce sont les dernières heures d’une génération (Carter, Smith, Nonu, Carter,..) qui a tout gagné et qui voudra terminer sur une bonne note pour entrer un peu plus dans la légende du rugby mondial. P. I.-R.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?