« J’ai 6 à 7 mois pour montrer ce que je vaux »

  • « J’ai 6 à 7 mois pour montrer ce que je vaux »
    « J’ai 6 à 7 mois pour montrer ce que je vaux »
Publié le , mis à jour

Jeudi dernier, l’ex Racing-man Adrien Planté, a découvert sa nouvelle équipe. Un groupe Clermontois auquel il souhaite s’intégrer au plus vite pour parvenir à atteindre son meilleur niveau.

Après deux saisons avec le Racing, vous avez décidé de rejoindre Clermont. Quelles sont les raisons de ce choix ?

Dans un premier temps parce qu’ils m’ont appelé. Et lorsqu’une équipe telle que Clermont décide de faire appel à vous, il est difficile de ne pas y réfléchir : deux finales, une équipe constamment en haut du tableau, qui se renouvelle chaque année… Au Racing il ne me restait qu’un an de contrat, je ne jouais plus trop, j’avais besoin d’autre chose, d’un nouveau challenge. Clermont s’est présenté comme la bonne opportunité au bon moment.

Arriver dans une équipe qui a perdu deux finales en une saison, comment l’appréhende-t-on ?

On m’avait dit qu’ils avaient perdu deux finales, qu’ils allaient être abattus… cela fait une journée que je suis là et ce n’est pas du tout ce que j’ai ressenti. Au contraire, j’ai vu des joueurs souriants, qui ont envie de s’entraîner. Je pense que si aujourd’hui on me dit « signe pour deux finales et après on verra », je signe de suite ! Tant qu’on arrive à rester dans le haut du tableau et à maintenir cette exigence de jeu qui fait l’identité de Clermont, c’est tout ce qui compte selon moi.

Vous arrivez au poste d’ailier aux côtés de Noa Nakaitaci qui sera probablement absent pour le mondial, mais aussi aux côtés d’Hosea Gear et de David Strettle. La concurrence va être rude ?

Oui elle va être rude, mais au Racing elle l’était aussi. C’est un nouveau challenge pour moi et à l’aile nous serons trois nouveaux, ce qui veut dire que j’aurais plus ou moins l’avantage de ne pas être en concurrence avec des joueurs en place depuis plusieurs années à Clermont. À moi de bien me préparer et d’essayer de me fondre avec le groupe le plus vite possible.

Le fait que Nakaitaci soit absent pour le mondial pourrait être une opportunité pour vous ?

Ça libère une place pour le début de saison c’est sûr. Après il suffira d’enchaîner les bonnes performances et montrer qu’on est apte à prendre cette place. J’ai également vu la saison dernière qu’il y avait vraiment une équipe étoffée au sein de l’ASM et que le groupe s’était simplement resserré lors des phases finales, j’ai donc 6 à 7 mois pour montrer ce que je vaux.

Vous étiez présent avec Perpignan pour la finale perdue face à Clermont. Avec du recul comment percevez-vous le club auvergnat aujourd’hui ?

C’est simple : à l’époque Perpignan ou des équipes comme Biarritz étaient capables de faire des finales, mais il n’y a que Clermont qui est parvenue à jouer autant de finales et qui aujourd’hui détient un centre d’entraînement high-tech, dernier cri… Le club est très structuré et mise sur la continuité donc c’est une opportunité énorme d’être dans une équipe comme celle-là.

Justement, comment se passe cette préparation et ces premiers pas avec le groupe ?

On a pas le temps de faire connaissance avec tout le monde tant la préparation est intense. C’est très dur mais ça me semble normal, c’est le retour des vacances. Il va me falloir une semaine d’adaptation et ensuite ça montera crescendo ! (rires)

Vous sentez que le groupe est prêt à débuter une nouvelle saison ?

Oui j’en suis persuadé. J’ai passé une bonne journée avec des mecs qui n’ont pas arrêté de rigoler et pas avec un groupe au fond du sceau après avoir perdu deux finales la saison dernière. J’ai vu un bon groupe, qui à l’air de bien vivre ensemble et le centre d’entraînement va être un bon outil de travail qui à mon avis ne pourra que renforcer cette cohésion.

Avez-vous des objectifs personnels pour cette saison ?

J’en ai un oui : bien m’intégrer dans l’équipe et essayer d’arriver à atteindre mon meilleur niveau. Après, je verrai pour le reste.

Il y a des joueurs Clermontois qui seront des exemples à suivre ?

Des personnes comme Brock James ou Aurélien Rougerie sont des joueurs phares et considérés comme les leaders de Clermont. Il sera intéressant pour moi de les écouter, d’apprendre avec eux et de m’imprégner de leur expérience au sein de l’ASM.

Propos recueillis par R.P.

xxx

xxxx

xxx

xxx

xxx

xxx

xxx

xxx

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?