Piliers gauche mais pas maladroits

  • Piliers gauche mais pas maladroits
    Piliers gauche mais pas maladroits
Publié le , mis à jour

La saison 2014-2015 a redistribué les cartes dans la hiérarchie des meilleurs piliers gauche du championnat et la saison 2015-2016 annonce encore quelques changements. Tour d’horizon.

Qu’ils soient en équipe de France comme Eddy Ben Arous, Xavier Chiocci ou Vincent Debaty ou titulaires indiscutables dans leur club tel Antoine Tichit à Oyonnax ou le géorgien Mikheil Nariashvili à Montpellier, de nombreux piliers gauches ont montré la saison dernière un niveau de performances élevé. Parmi les confirmations, Vincent Debaty, dit « Le Belge », en équipe de France depuis 2006 mais régulièrement depuis 2012, a même marqué son premier essai lors de sa 29e et dernière cape face à l’Angleterre. Cet essai, inscrit après une course d’environ 80 mètres et une arrivée à hauteur de Noa Nakaitaci, a même été élu plus bel essai du dernier Tournoi des Six Nations par le magazine anglais World Rugby. L’ancien joueur de l’USAP, 1,91 m, capable de jouer à droite, a été appelé dans le groupe des trente-six pour le Mondial comme Eddy Ben Arous, 25 ans et pilier moderne par excellence ou le toulonnais Xavier Chiocci, révélé en 2014 avec Toulon et bénéficiant de plus de temps de jeu lors de la dernière saison. Côté montpelliérain, Mikheil Nariashvili, 26 capes avec la Géorgie, champion de France Reichel en 2011, continue sa progression avec le club héraultais pour qui il a joué 22 matchs en Top 14 la saison dernière, solide en mêlée, il est une des valeurs sûres comme le sud-africain du Stade français Heynke Van der Merwe, ancien joueur du Leinster, springbok et champion de France en titre. N’oublions pas non plus Karlen Asieshvili de Brive, Aretz Iguiniz, plus de 200 matchs avec l’Aviron bayonnais, club dans lequel il reste malgré la descente en Pro-D2 ou encore Cyril Baille, auteur de l’essai de la gagne avec le Stade toulousain contre Oyonnax en barrage, l’expérimenté Gurthrö Steenkamp, international sud-africain. Le jeune français, 21 ans devrait avoir encore plus de temps de jeu avec le retour de Schalk Ferreira dans l’hémisphère sud.

Mais nul doute que la saison 2015-2016 fera bouger cette hiérarchie et que de nouveaux piliers gauches émergeront de la mêlée. Peut-être que Laurent Delboulbès, après trois saisons quasi-blanches à l’Union Bordeaux-Bègles retrouvera de l’impact et du temps de jeu à Oyonnax, son nouveau club.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?