Les gauchers prometteurs en manque de temps de jeu

  • Les gauchers prometteurs en manque de temps de jeu
    Les gauchers prometteurs en manque de temps de jeu
Publié le , mis à jour

Trois joueurs prometteurs feront peut-être un jour partie du XV de France ainsi que des meilleurs piliers du championnat. Il leur reste encore des progrès à faire pour cela, mais ils semblent être sur la bonne voie pour y parvenir.

Parmi les divers jeunes piliers gauches que compte le Top 14 il semble que le Clermontois Raphaël Chaume (26 ans, 1m89, 106 kg) formé au club depuis 2009, soit le plus proche du XV de France. S’il est encore bloqué par Thomas Domingo et Vincent Debaty, on peut tout de même noter qu’il réussit chaque saison depuis 2011 à jouer au moins dix matchs en Top 14. Sous les ordres de Franck Azéma et Jono Gibbes cette saison, il a participé à vingt matches toutes compétitions confondues. S’il prend certes plus souvent place sur le banc qu’il n’est titulaire, il continue toutefois à emmagasiner de l’expérience puisqu’il a notamment été sur le banc que ce soit en demi-finale de Top 14 contre Toulouse ou en finale contre le Stade Français. On peut également citer Jefferson Poirot (22 ans, 1m81, 123 kg). Plus massif que Chaume, plutôt solide en mêlée et mobile malgré son gabarit, l’ancien briviste a progressé depuis qu’il est arrivé à l’Union Bordeaux Bègles en 2012. Cette saison il a disputé vingt-trois matches en Top 14 dont huit comme titulaire. Il a de plus entamé d’entrée le match couperet de barrage de la Champions Cup contre Gloucester en mai dernier. Ce match a permis aux Girondins de se qualifier pour la prochaine Champions Cup. Raphaël Ibanez et Régis Sonnes semblent donc compter sur lui. Le natif du Val-d’Oise aura donc à coup sûr à cœur de disputer encore plus de matchs et réaliser de bonnes performances cette année, que ce soit en Top 14 ou en Champions Cup. Pour cela, il devra être au-dessus de l’inénarrable Jean-Baptiste Poux ainsi que de la recrue Steven Kitshoff qui arrivera en provenance des Stormers. Il est sûr que s’il parvient à sortir vainqueur de cette concurrence il s’approchera des meilleurs gauchers du championnat.

Enfin, le jeune toulousain Cyril Baille (21 ans, 1m82, 113 kg) a encore montré ses qualités cette saison. S’il est encore barré par l’expérimenté sud-africain Gurthrö Steenkamp, il a participé à treize matchs en Top 14 et trois en Champions Cup cette saison. Il a notamment été loué pour son entrée en match de barrage de Top 14 face à Oyonnax, puisqu’il a marqué un essai décisif et qu’il a calé la mêlée toulousaine avec ses jeunes compères Julien Marchand et Dorian Aldegheri, pourtant chahutée auparavant au cours du match. Il est fort possible que la nouvelle politique toulousaine annoncée notamment par Fabien Pelous, visant à faire monter le plus de jeunes Toulousains en équipe une, lui soit favorable à l’avenir. Il aura encore certainement fort à faire face à son coéquipier Steenkamp qui ne partira pas avec les Springboks à la Coupe du monde. Il est en revanche fort probable qu’il puisse sortir son épingle au détriment de Vasil Kakovin, peu en réussite ces dernières saisons à cause de blessures. D’autant plus que le Géorgien sera peut-être retenu avec sa sélection pour la Coupe du monde tandis que Baille, sous contrat avec le Stade toulousain jusqu’en 2018, sera à disposition d’Ugo Mola et de William Servat pour les quatre premiers matches de Top 14.

Des très jeunes pousses pas encore mûres

À plus long terme il faudra sûrement garder un œil sur Thibault Estorge (20ans, 1,85 m, 106 kg). Le pensionnaire du centre de formation de l’AS Clermont Auvergne et du Pôle France a été l’un des hommes importants de l’aventure des U20 cette saison que ce soit lors du Tournoi des Six Nations ou durant le dernier Mondial. Il a notamment été titularisé par Fabien Pelous et Olivier Magne sur les matchs importants comme contre l’Angleterre, ou en demie contre la Nouvelle-Zélande et enfin face l’Afrique du Sud pour la petite finale. S’il semble à l’aise en mêlée malgré ce que son poids pourrait augurer, il lui reste à progresser sur certains points tout particulièrement en défense, ainsi qu’autour des zones de contact. Son homologue toulousain Rodrigue Neti (20ans, 1m85, 108 kg), a également fait quelques apparitions lors du Tournoi des Six Nations mais aussi avec le Stade toulousain en début de saison lorsque les Toulousains connaissaient une pénurie de piliers gauches. Il fait partie du projet toulousain de recrutement de joueurs polynésiens. Ses qualités physiques en font un prototype parfait de pilier moderne mobile et présent dans le jeu courant. Il semble par contre que pour ces deux joueurs il faudra être patient avant de les voir régulièrement jouer sous les couleurs de ces deux clubs. Un départ ou un prêt s’avérera peut-être utile afin de bénéficier de temps de jeu. M.L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?