Landreau : « L’intérêt est avant tout sur le plan culturel »

  • Landreau : « L’intérêt est avant tout sur le plan culturel »
    Landreau : « L’intérêt est avant tout sur le plan culturel »
Publié le , mis à jour

Avant d’entamer le Top 14 2015-2016, les Grenoblois joueront deux matchs amicaux en Irlande. La saison dernière ils étaient partis en Argentine. De tous les clubs de Top 14, Grenoble est le seul à s’expatrier pour se préparer. Pour quelle(s) raison(s) ? Nous avons demandé à Fabrice Landreau.

L’année dernière, à la fin juillet, les Grenoblois étaient partis en Argentine au cours de l’hiver afin d’entamer la partie rugby de leur préparation et pour prendre quelques repères collectifs sur le terrain. Cette aventure s’était soldée par deux lourdes défaites face à des Pumas qui préparaient le Four Nations 2 014. En effet, les protégés de Fabrice Landreau s’étaient inclinés sur le score de 21 points à 44, le 25 juillet 2014 à Buenos Aires, puis 22 à 56 à Catamarca le 3 août 2014. Les scores étaient certes fleuves mais Fabrice Landreau avait montré sa satisfaction dans les colonnes du Midi Olympique du 8 août 2014 : « La quinzaine en Argentine avec deux matchs, fut une très belle opportunité, dit-il. Les conditions de travail furent excellentes et les deux oppositions contre les Pumas nous ont permis de nous frotter au très haut niveau. » Le FCG avait d’ailleurs ensuite remporté son troisième match de préparation face aux Harlequins (31-10). De plus, les pensionnaires du stade des Alpes, avaient fait un début de championnat de Top 14 plus que correct avec deux défaites bonifiées à l’extérieur à Clermont et à Montpellier ainsi que deux victoires à domicile face à Bordeaux-Bègles et à La Rochelle. Le FCG a donc décidé de réitérer l’expérience de matchs amicaux à l’étranger cette saison mais cette fois-ci, en Irlande.

Cette année, direction l’Irlande

Avant le 22 août et la reprise du Top 14, les Isérois s’envoleront pour deux semaines en Irlande. Ils y rencontreront le 7 août la province du Connacht à Galway à 17 h 15, heure locale, soit 18 h 15 heure française. Puis la semaine suivante ils fouleront la pelouse mythique de Thomond Park, l’antre de la province du Munster, pour un match prévu à 19 heures, heure locale. Il est évident que le rythme de ces matches ne sera pas celui d’un match de Champions Cup par exemple mais au dire de Fabrice Landreau, le rythme n’est pas la raison qui motive les Grenoblois à jouer leurs matchs de préparation à l’étranger : « Au niveau du rythme, c’est sensiblement pareil que si nous jouions un match de préparation face à une équipe française. Nous partons avec une trentaine de joueurs sur chaque match donc nous allons faire tourner. L’intérêt est avant tout sur le plan culturel ». C’est donc cela que recherchent Fabrice Landreau et son staff. Le directeur sportif grenoblois déclare d’ailleurs : « On a effectivement voulu renouveler l’expérience car elle avait été très bénéfique la saison passée en Argentine. Notre réelle envie est de pouvoir s’imprégner de la culture d’autres Nations. Nous souhaitons échanger avec les staffs adverses pour progresser et découvrir de nouvelles choses, de nouvelles façons de travailler. Ce qui, malheureusement n’est pas toujours facile en France… » Par ailleurs, ces virées à l’étranger sont également importantes pour souder le groupe, le natif d’Angoulême l’affirme : « Bien entendu, le dépaysement sert à la cohésion du groupe, les liens entre les joueurs se resserrent ». Enfin, à la question : Pourquoi l’Irlande ? Fabrice Landreau répond avec un petit sourire : « Sûrement parce que nous avons plusieurs Irlandais dans notre effectif comme James Hart et Chris Farrell. Mike Pendergast (ancien joueur irlandais, actuel entraîneur des trois-quarts et des skills) dit d’ailleurs que nous sommes la cinquième province irlandaise (rires). » Les Grenoblois cherchent donc avant tout à s’ouvrir et à découvrir de nouvelles façons de voir et de concevoir le rugby, tout en continuant à se préparer et à s’approcher du rythme des premiers matchs de Top 14. Dès lors, la citation du philosophe français Hippolyte Taine : « On voyage pour changer, non de lieu, mais d’idées », peut en partie illustrer l’envie d’ailleurs des Isérois. Le début de Top 14 s’annonce rude avec la réception d’Agen, un déplacement à Clermont, la réception de Pau et enfin un déplacement au Racing 92. On pourra dès lors mesurer l’efficacité de leur préparation. En ce qui concerne le changement d’idées, il faudra peut-être attendre un peu plus longtemps… M. L.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?