• Parra-Trinh-Duc, le retour ?
    Parra-Trinh-Duc, le retour ?
Publié le / Modifié le
Tournoi des 6 nations

Parra-Trinh-Duc, le retour ?

Un groupe de vingt-cinq joueurs a été communiqué ce dimanche à Falgos pour le déplacement de samedi en Angleterre. Au travers de cette annonce, on y voit plus clair sur le probable XV de départ aligné pour ce premier test. Projection.

Philippe Saint-André a surpris son assistance, ce dimanche, dans la salle de presse improvisée du domaine de Falgos en dévoilant, soixante-douze heures avant la date prévue, un groupe de vingt-cinq joueurs retenus pour le premier test de préparation en Angleterre, samedi prochain. Le sélectionneur en a ainsi décidé pour permettre à ses joueurs de préparer au mieux cette échéance, sur les plans mental et physique. Ont été pris en compte les états de forme avec le souci d’offrir un supplément de repos aux finalistes du Top 14.

Ce groupe de vingt-cinq augure de nouveautés et d’innovations en série. Un XV de départ commence à se dessiner et des joueurs attirent tout particulièrement l’attention. Ainsi, à Twickenham, on devrait pouvoir assister à la première véritable titularisation de Rémi Lamerat au centre. Remplacé dès le quart d’heure de jeu face au pays de Galles lors du Tournoi des 6 Nations, le centre castrais, auteur jusque-là d’une préparation remarquable, doit retranscrire dans les conditions du réel les promesses nées de ses entraînements. À ses côtés, Alexandre Dumoulin, convaincant en novembre dernier avant de disparaître de la circulation en raison de blessures, est tout autant attendu au tournant. S’il venait à être retenu, Gaël Fickou retrouverait les terrains après une longue indisponibilité. Au centre où les places valent cher, la moindre erreur pourrait se révéler fatale. Toujours dans la ligne de trois-quarts, Brice Dulin va probablement être testé à l’aile. L’arrière du Racing 92 n’a plus évolué à ce poste depuis ses années agenaises. S’il lui convient moins, il devra tout de même s’y montrer solide afin de prouver sa polyvalence. Scott Spedding et Sofiane Guitoune devraient l’assister. Yoann Huget, économisé lors du dernier entraînement, pourrait rester en tribunes.

Picamoles attendu en numéro 8

La charnière est de son côté partie pour remonter le temps. Morgan Parra et François Trinh-Duc, associés sous l’ère Lièvremont, devraient être réunis, sûrement secondés par la paire Rory Kockott-Rémi Tales. Le Clermontois et le Montpelliérain ne partent pas avec les faveurs des pronostics en vue du groupe final et voudront semer le doute dans l’esprit du sélectionneur.

Au niveau du paquet d’avants, on se dirige vers une première ligne Vincent Debaty-Guilhem Guirado-Nicolas Mas. Xavier Chiocci et Rabah Slimani devraient s’asseoir sur le banc, tandis que Uini Atonio jouera selon toute probabilité le rôle de 25e homme. Alexandre Flanquart, Yoann Maestri et Sébastien Vahaamahina se disputeront de leur côté les deux places en deuxième ligne, avec une forte probabilité de titularisation pour les deux premiers nommés, qui possèdent dans l’esprit du staff tous les atouts pour s’imposer comme un attelage crédible sur la scène internationale. Au point que la possibilité de voir Yoann Maestri étrenner les galons de capitaine en l’absence de Thierry Dusautoir semble aujourd’hui tout sauf une simple hypothèse… La troisième ligne sera quant à elle réduite à son strict minimum avec seulement quatre éléments retenus. Deux possibilités : soit le parti pris d’une paire de coureurs Yannick Nyanga-Fulgence Ouedraogo autour de Louis Picamoles, soit le choix de l’équilibre avec un des deux premiers nommés assisté de Loann Goujon et du numéro 8 toulousain.

Si Philippe Saint-André espère ne voir personne jouer sa carte au détriment du collectif, l’attention ne s’en portera pas moins sur les comportements individuels : Rémi Lamerat peut-il s’imposer comme le centre complet tant attendu ? Loann Goujon peut-il exister sur la durée à ce niveau ? Louis Picamoles a-t-il atteint un niveau de forme optimal ? La charnière Parra-Trinh-Duc peut-elle resurgir de ses cendres ? Dans tous les cas, au coup de sifflet final, nombre de ses questions et tant d’autres auront trouvé une réponse.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir