Arbitrage : des changements pour la mêlée

  • Arbitrage : des changements pour la mêlée
    Arbitrage : des changements pour la mêlée
Publié le , mis à jour

« La mêlée est un problème franco-français » comme le dit Paul Goze et une nouvelle consigne a été annoncée lors de la traditionelle présentation de la nouvelle saison du Top 14 : Il ne faut plus perdre du temps avec ce secteur de jeu.

Le président de la Ligue Nationale de Rugby, Paul Goze et le responsable des arbitres français, Didier Méné ont en effet abordé lors de cette réunion le sujet épineux de la mêlée, déjà sujet de débat lors de la réunion de pré-saison entraîneurs-arbitres à Toulouse en juillet. D’après la Commission Centrale des Arbitres, depuis trois saisons, environ 40% des mêlées se seraient disputées dès la première poussée. Les autres ont été rejouées, parfois plusieurs fois et ont parfois débouché sur une pénalité. Didier Méné a donc conseillé aux arbitres de ne pas jouer une mêlée plus d’une fois dans l’idéal. Si la mêlée s’écroule donc, il reste une mise en jeu à l’équipe qui en avait l’avantage avant une pénalité. Si cette deuxième mêlée ne tient pas, un coup franc sera sifflé contre l’équipe jugée fautive.

La mêlée, un secteur souvent en chantier

S’il y a bien un secteur de jeu en rugby, où les règles changent souvent, c’est la mêlée, annonces, tolérance avant sanction, la mêlée tourne souvent. Cette fois, au sujet de la limitation des mêlées rejouées, les joueurs et notamment Thomas Domingo, demandent plus de souplesse au niveau de l’arbitrage. Le pilier et capitaine clermontois a admis qu’il fallait cependant travailler dans ce secteur. Un consensus qui évitera peut-être de longues séances de labourage de terrain.

C.B.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?