Le pragmatisme catalan

  • Le pragmatisme catalan
    Le pragmatisme catalan
Publié le , mis à jour

L’Usap remporte son premier match de la saison à Aimé Giral, sans briller mais en se montrant sérieuse et solidaire. Les Sang et Or enchaînent un deuxième succès, là où Mont-de-Marsan, concède sa troisième défaite en autant de rencontres disputées. Et repart avec le bonus défensif.

Perpignan — Mont-de-Marsan 14-9

Par Julien Louis

RÉSUMÉ

Une pluie de pénalités (onze) et de coups de pied. C’est ainsi que cette première période ennuyante, disputée en grande partie sous les averses, peut être résumée. Plus joueurs, les Montois n’ont pas pu miser sur leur rugby de mouvement et bonifier leur possession supérieure, à cause d’une mauvaise organisation offensive. Ils se sont même fait surprendre par un essai chanceux catalan de Michel. Après une passe ratée de Selponi, le ballon rebondit sur le tibia d’un partenaire avant de finir dans les mains de l’ailier. Opportunistes, supérieurs en touche, les Sang et Or ont aussi été plus pragmatiques. Ils n’ont encaissé que trois points en infériorité numérique suite au carton jaune stupide du capitaine Pérez, qui a plaqué sans ballon et sans raison Saubusse. Et surtout, les locaux ont tenté leur pénalité là où les visiteurs ont péché par orgueil, en cherchant trop souvent la pénaltouche. Contrés à trois reprises, ils ont laissé passer une énorme occasion d’essai avant la pause (39e), en se faisant voler le ballon dans les airs par Vivalda. La physionomie de la rencontre reste la même après la pause. Plus précis dans leur jeu au pied d’occupation, les Catalans mettent leurs adversaires sous pression dans leur camp. Les deux équipes, indisciplinées, s’appuient sur leurs buteurs pour scorer et le chassé-croisé se poursuit. Les Montois reprennent l’ascendant en mêlée mais sont toujours défaillants tactiquement et rebondissent sans cesse sur la défense adverse. Là où Perpignan, s’appuie sur ses groupés pénétrants pour glaner des fautes. En vain. Plus rien à signaler dans cette rencontre très peu spectaculaire. La victoire revient à l’Usap, plus intelligente dans sa gestion de jeu. Les Montois décrochent le point du bonus défensif.

LE FAIT DU MATCH

L’indiscipline est venue ternir les débats. Les deux équipes ont concédé vingt-quatre pénalités. Treize pour Perpignan et onze pour Mont-de-Marsan. Les deux cartons jaunes, un de chaque côté, n’ont pas profité aux formations, qui n’ont pas su exploiter leurs supériorités numériques respectives. A noter également la faillite du buteur catalan qui aurait dû briller dans ce contexte. Jonathan Bousquet, excellent à Carcassonne, termine la rencontre à 43 % de réussite (3 sur 7). Là où Saubusse, un peu plus en réussite, affiche lui 60 % de tentatives converties (3 sur 5).

LA PLUS BELLE ACTION

L’échappée de Ropate Ratu dans le premier quart d’heure. L’ailier vient se proposer dans la ligne suite à une inversion de jeu de son numéro neuf et fait parler ses appuis pour percer. Il créé le décalage en s’appuyant sur sa vitesse, perce avant de fixer le dernier défenseur et n’a plus qu’à décaler Salawa pour marquer l’essai. Mais Ratu se montre inexplicablement trop gourmand et individualiste en faisant un crochet de trop. Avant de tenter une passe impossible. Résultat : un en-avant et une superbe action gâchée ! Quel dommage que le Fidjien n’est pas fait preuve de lucidité après une si belle inspiration.

L’HOMME DU MATCH

Giorgi Mchedlishvili. Le destin fait parfois bien les choses. Initialement prévu remplaçant face à Mont-de-Marsan, le colosse géorgien a été propulsé titulaire à la dernière minute suite à la blessure de Rudy Chéron. Et l’intéressé a parfaitement su profiter de l’occasion pour briller et marquer des points. Impact player référence de son équipe, précieux au près, Mchedlishvili a constamment avancé sur ses percussions. Où son raffut rageur de la main droite a fait des dégâts. Solide en mêlée, il a obtenu une pénalité et fut également très précieux dans les rucks. Un match plein du droitier suppléant, malgré une baisse de régime à la fin (80 minutes jouées), qui s’impose comme une alternative crédible au poste comme numéro un. En l’absence de Ion parti à la Coupe du monde avec la Roumanie et de Chéron, blessé.

LA FICHE TECHNIQUE

À Perpignan – Vendredi 19h – 8409 spectateurs

Arbitre : M. Cayre (Périgord-Agenais)

Évolution du score : 5-0, 5-3, 8-3 (M.T) ; 8-6, 11-6, 11-9, 14-9

Perpignan : 1E Michel (11e) ; 3P Bousquet (30e, 47e, 58e)

Carton jaune : Pérez (15e)

Non entrés en jeu : 17. Custoja, 22. Pujol, 23. Strauss

Mont-de-Marsan : 3P Saubusse (23e, 43e, 49e)

Carton jaune : James (58e)

Non entré en jeu : 20. Briscadieu

PERPIGNAN : 15. Bousquet ; 14. Michel, 13. Torfs, 12. Mafi, 11. Artru ; 10. Selponi (20. Ecochard, 71e), 9. Duvenage ; 7. Pérez (cap.) (19. Beaux, 59e), 8. Brazo, 6. Vivalda (21. Basilaïa, 69e) ; 5. Kulemin, 4. Charlon (18. Vilaceca, 56e) ; 3. Mchedlishvili, 2. Genevois (16. David, 61e), 1. Bécasseau (Genevois, 73e)

MONT-DE-MARSAN : 15. Azpiazu (22. Lucu, 69e) ; 14. Ratu (21. Laborde, 73e), 13. Delai, 12. Chedal (cap.), 11. Salawa ; 10. James, 9. Saubusse ; 7. Brethous (18. Liebenberg, 68e), 8. Taelega, 6. Jazeix (19. Tastet, 61e) ; 5. Tutaia, 4. Rey ; 3. Rameau (23. Boyoud, 23e ; Rameau, 66e) 2. Blanchard (16. Caudullo, 51e), 1. Muzzio (17. Hugues, 51e)

LES BUTEURS

Bousquet : 0T/1, 3P/6 ; Saubusse : 3P/5

LES MEILLEURS

A Perpignan : Mchedlishvili, Vivalda, Michel, Bousquet, Kulemin ; à Mont-de-Marsan : Tutaia, Saubusse, Salawa

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?