• Le Rugby est il un sport confiné ?
    Le Rugby est il un sport confiné ?
Publié le / Modifié le
Super Rugby

Le Rugby est il un sport confiné ?

Seul quatre pays ont été champions du monde depuis 1987. Le rugby a du mal à renouveler son élite. On a du mal à imaginer que ça puisse changer.

Le rugby est il un sport confiné ? La réponse est oui. En 2011, le NZ Herald faisait le constat désespéré que les demi-finalistes du Mondial étaient les mêmes que ceux de 2007. Effectivement, depuis la création de la Coupe du Monde, seuls quatre pays ont été sacrés : Nouvelle-Zélande, Australie, Afrique du Sud et Angleterre. Attention, si l’on compare avec les sept premières coupes du monde de foot, il n’y a pas de différence. Le Ballon rond aussi n’avait sacré que quatre lauréats : Uruguay, Italie, Allemagne Brésil. Mais si l’on regarde les finalistes, alors là, la tout change. En rugby, seuls cinq pays sont concernés (la France s’est ajoutée avec trois finales perdues). En foot, on passe tout de suite à huit pays (Argentine, Tchécoslovaquie, Hongrie et Suède sont arrivées).

Si l’on tient compte des podiums, on passe à sept pays concernés pour le rugby (Galles et Argentine en plus) contre onze pour le foot (France, Autriche, États-Unis). Si l’on regarde enfin les demi-finales, le rapport passe de treize pour le ballon rond (Espagne et Yougoslavie en plus) à seulement 8 (Écosse en plus) pour le ballon ovale.

Et si l’on faisait une analyse plus subjective des choses, on serait bien obligé de reconnaître qu’en Rugby, il n’a y a jamais eu que… cinq nations qui ont semblé avoir la victoire dans les jambes (les quatre vainqueurs plus la France). Le pays de Galles en 2011 et l’Écosse en 1991 auraient pu faire la finale, c’est vrai, mais ils ne semblaient pas de taille à brandir le trophée.

Il faut donc faire le constat que le rugby n’a pas su élargir son élite. Il reste un sport de fiefs, héritiers de la colonisation britannique. Sa nature même le rend difficile à propager. : il faut trouver quinze joueurs de haut niveau, on ne peut pas s’amuser en y jouant à deux ou trois sur un terrain vague comme au foot, on s’y salit, on s’y fait mal. Il demande donc un vrai courage. Il est difficile de le pratiquer en dehors d’un encadrement bien spécifique, un cadre scolaire rigide par exemple.

L’amateurisme qui l’a régi pendant très longtemps fut peut-être aussi un frein à son développement. Enfin, la nature de plus en plus physique et de plus en plus exigeante du rugby moderne favorise ceux qui sont déjà les plus forts, excluant les surprises auxquelles on assistait autrefois où le cas d’équipes limitées qui existaient par un jeu restrictif (la Roumanie par exemple).

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir