Clermont : James peut reprendre

  • Clermont : James peut reprendre
    Clermont : James peut reprendre
Publié le , mis à jour

Écarté des affaires courantes depuis la reprise en raison d’une arythmie cardiaque qui l’a forcé à se faire opérer, l’ouvreur australien de Clermont, Brock James a reçu, ce mardi, le feu vert médical pour reprendre l’entraînement.

Bonne nouvelle côté clermontois. Souffrant d’un problème d’arythmie et opéré au début de l’été, Brock James avait vu sa convalescence prolongée de plusieurs semaines, fin août, après que de nouveaux tests physiques ont révélé la persistance de son problème cardiaque. Après un mois de repos forcé, l’ouvreur australien a effectué une nouvelle batterie de tests à l’effort, ce mardi matin hors des locaux du club clermontois. Un protocole médical qui a livré des résultats concluants, comme l’annonce le site officiel du club clermontois. Après deux mois passés loin des terrains mais aussi des salles de musculation, Brock James est donc autorisé à reprendre le chemin de l’entraînement.

Une reprise à moyen terme

Le parcours est encore long, cependant, pour l’ouvreur australien. Interdit du moindre effort durant sa période de convalescence, notamment en raison d’une prise d’anticoagulants, James reprend sa préparation physique de zéro. Dans les semaines à venir, c’est donc un travail exclusivement physique qui attend le Clermontois, arrivé en Auvergne à l’été 2006. Dans un second temps et si les tests à l’effort continuent d’être satisfaisants, Brock James aura alors le feu vert pour reprendre les entraînements collectifs. Sans contact, tout d’abord et selon le processus classique de reprise, avant de se livrer pleinement dans un troisième temps. Si le club auvergnat précise qu’il est encore « difficile de prévoir un retour à la compétition puisque le schéma de réhabilitation s’étalera sur plusieurs semaines et sera jalonné de quelques étapes importantes », le retour de l’ouvreur australien n’est pas espéré avant les premières échéances européennes. Dans le meilleur des cas.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?