Construire sur les bases du succès face à Hyères-Carqueiranne

  • Construire sur les bases du succès face à Hyères-Carqueiranne
    Construire sur les bases du succès face à Hyères-Carqueiranne
Publié le , mis à jour

Le Rugby Club Tricastin reçoit Nîmes, samedi à la Cité 3

Dans l’histoire d’une saison, il est des victoires fondatrices. Celle décrochée par le Rugby Club Tricastin dimanche dernier, face à Hyères/Carqueiranne (28-27) peut en faire partie. Les Drômois remportant la mise au bout du suspens, sur une ultime pénalité des 50 mètres en coin et contre le vent de Mathieu Seville. « L’arbitre nous a dit que si nous tapions en touche, le match était terminé. Pour les joueurs, il fallait donc la taper et c’est Mathieu qui l’a prise. Il y avait neuf chances sur dix qu’elle passe à côté, mais il a une frappe sèche et le vent ne l’a pas sortie » décrit Patrick Morel, en charge des trois-quarts atomistes. « Mathieu a prouvé qu’il avait du mental, sur cette pénalité. Il a également réalisé un gros match, en étant impérial sous les ballons hauts et en arrivant toujours à éliminer un voire deux défenseurs » poursuit son acolyte Bruno Homs. Une sacrée réponse, tout juste cinq minutes après avoir alors manqué la transformation du match nul. Au-delà du scénario final, ce succès a surtout une valeur symbolique pour les coéquipiers de Ludovic Zanini. Tout d’abord car il s’agit du deuxième succès lors des six derniers matchs du RCT, face à l’une de ses bêtes noires. Un sentiment accentué par la fin d’une série de 279 jours sans victoire. « Notre dernier succès remontait au 15 décembre 2014 (contre la Seyne N.D.L.R). Le destin a enfin tourné, les joueurs étaient heureux de gagner, ils avaient tous des yeux d’enfants. Cela récompense l’état d’esprit et la détermination qu’ils ont eus sur ce match » souligne Patrick Morel.

Du caractère et des groupés pénétrants gagnants

La deuxième mi-temps de cette rencontre en apporte une preuve irréfutable. Menés de sept points (13-20, 59e) après avoir encaissé un 17-0 en quinze minutes chrono, les Tricastins ont réagi. Duchaud à la conclusion et Gomez à la transformation remettant les compteurs à zéro (20-20, 64e). Copié-collé un quart d’heure plus tard, avec l’essai de Ferdinand répondant à Waqatabu (25-27, 79e). Le tout après la sortie sur blessure de son ouvreur et buteur Gomez, touché au genou. C’est dire la force de caractère de ce groupe tricastin, ayant livré une copie de haut niveau. « L’expérience de la Fédérale 1 nous a été bénéfique, même si elle a été difficile. Beaucoup d’équipes auraient lâché après avoir encaissé un 17-0, mais les joueurs n’ont rien lâché et sont revenus au score sur leur première occasion » rappelle Bruno Homs. « Toute l’équipe a été dans son rôle, nous avons su être solides défensivement et disciplinés. Il faut également féliciter les avants qui ont fait un sacré match » poursuit Patrick Morel. Un hommage logique au vu d’une rencontre où les trois essais drômois auront été inscrits par des avants. Des réalisations construites après des pénaltouches, consécutives à des mêlées dominées par le RCT. « C’est une arme redoutable, mais il est difficile de les mettre en place en Fédérale 1 car les équipes peuvent les écrouler dès leur construction. En Fédérale 2, cela est interdit et il est plus facile d’enclencher » analyse Bruno Homs. Autant de satisfactions dans le contenu pour les techniciens atomistes, face à une très belle équipe varoise.

Nîmes, un deuxième gros test

Pas le temps pourtant pour les Tricastins, de se reposer sur leurs lauriers. Nîmes, autre favori annoncé de la poule étant attendu à la Cité 3 samedi. « Nîmes est sur un profil différent de Hyères/Carqueiranne. Ils ont moins de densité en deuxième et en troisième ligne, mais ils jouent et contre-attaquent beaucoup » annonce Bruno Homs. « C’est une équipe qui a acquis sportivement sa montée en Fédérale 1, avant d’être recalée par la DNACG. Ils ont donc sur le papier le niveau de la Fédérale 1, ils mettent beaucoup de vitesse, sont assez toniques et costauds devant et ont un fond de jeu huilé » poursuit Patrick Morel. Un deuxième gros test est donc annoncé pour les coéquipiers de Ludovic Zanini. Des Tricastins prêts à relever le défi, pour refaire de la Cité 3 une forteresse imprenable. « Ils viennent avec des ambitions, ce sera encore un match pas loin de la Fédérale 1 mais nous serons là également. Le but sera de leur laisser peu d’espaces et peu d’occasions de nous contrer sur des turnovers ». Imposer son jeu sera donc une nécessité pour des Tricastins, bien décidés à consolider les fondations de leur saison. « Une victoire nous soulagerait beaucoup, elle permettrait de valider notre début de saison » conclut Bruno Homs. Quatre nouveaux points permettant au RCT, d’envisager alors sereinement le déplacement à Gruissan. C. V.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?