Angleterre – Australie, la tension monte

  • Angleterre – Australie, la tension monte
    Angleterre – Australie, la tension monte
Publié le , mis à jour

Alors que le coup d’envoi ne sera donné que dans quelques heures, Anglais et Australiens ont déjà commencé à s’écharper.

Cipriani allume la méche

« Aucun joueur de cette équipe des Wallabies n’aurait sa place dans l’équipe d’Angleterre », Danny Cipriani n’y va pas par quatre chemins sur son blog. Pas forcément le plus neutre, l’ouvreur anglais, exclu au moment de l’annonce des 31, s’est lancé dans un plaidoyer en faveur des siens. « Si l’Angleterre marque après cette touche, nous aurions salué l’inspiration de Chris Robshaw. Et je n’ai aucun doute qu’en allant chercher l’égalisation, sa décision aurait aussi été critiquée. Il a pris une décision courageuse qu’il faut admirer. » Cipriani encense tour à tour ses ex coéquipiers Burgess, Farrell ou encore Barritt au point même de négliger l’adversaire du soir : « Même face a des Australiens remontés, l’Angleterre est trop forte. Sa structure défensive associée aux munitions offensives de son dispositif ne laisse imaginer aucun autre résultat qu’une victoire anglaise. »

C’est une réponse tout en humour qu’a apporté l’ailier australien Adam Ashley-Cooper : « C’est agréable d’entendre Danny parler de quelqu’un d’autre que lui même. C’est un mec gentil, j’aime bien ses selfies mais lui n’aurait certainement pas sa place dans l’effectif australien. »

Marler pas dans les règles ?

Si les Anglais sont fiers de quelque chose c’est bien de leur pack. Un huit de devant qui avait écrasé l’Australie en novembre dernier, et une mêlée souvent à la limite de la faute à en croire certains échos venus tout droit d’Australie. Bob Dwyer, ancien sélectionneur australien, affirme images à l’appui, que le pilier gauche Joe Marler pousse en travers. Cette attaque a jeté un froid, au point que le staff anglais a demandé une clarification de la règle auprès de World Rugby. La mêlée australienne, jugée comme le talon d’achille de cette nation représente aujourd’hui une certaine inconnue. Les Wallabies se sont payés les services de l’Argentin Mario Ledesma, expert en la matière. Les progrès sont sensibles mais le véritable test sera face à cette équipe d’Angleterre. La presse anglaise garde une confiance aveugle dans la puissance de ses avants, pourtant déjà mis à mal face au Fidji. Les Australiens sont persuadés qu’ils peuvent surprendre dans ce domaine, du moins si les Anglais respectent la règle...

Avant de faire place au terrain, la pression monte crescendo. L’attitude du seul français sur la pelouse, l’arbitre Romain Poite, sera scrutée. Autre signe de cette tension, Sir Jonny Wilkinson n’a pas répondu au coup de fil de Matt Giteau, l’amitié reprendra ses droits au terme des quatre vingt minutes, pas avant. P-O.C

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?