Pro D2, premier état des lieux

  • Pro D2, premier état des lieux
    Pro D2, premier état des lieux
Publié le , mis à jour

Après quatre semaines sans match officiel, le ProD2 reprend ses droits ce jeudi. Vous avez oublié le contexte ? Petit rappel.

La bonne surprise : Aurillac

Voir Aurillac bien figurer dans ce Pro D2 n’est pas, en soi, une surprise. Le club cantalou squatte depuis plusieurs saisons la première moitié du classement et se mêle jusqu’au bout à la course aux phases finales d’accession. Mais voir le club emmené par le duo Davidson-Peuchlestrade figurer en pôle position reste une surprise. Au milieu des gros bras financiers que sont Perpignan, Lyon, Bayonne ou Biarritz, le Stade aurillacois impressionne. Les résultats sont là, avec 19 points sur 20 possibles, ce qui leur donne déjà un premier avantage net en tête. Surtout, la manière est séduisante. Solides en mêlée, les Cantalous mettent leurs munitions à profit grâce à un jeu de ligne dynamique et efficace. Les fruits de la stabilité de leur effectif depuis plusieurs saisons. Avec deux déplacements à venir (Narbonne et Béziers), le Stade aurillacois a l’occasion d’enfoncer le clou avant le choc tant attendu, à Jean-Alric face au Lou.

La belle dynamique : Albi

Tout avait mal commencé pour les Albigeois. Défaits d’entrée à domicile par des Bayonnais opportunistes et inspirés, les hommes de Mauricio Reggiardo n’ont pourtant pas tardé à relever la tête. Depuis, le SCA n’a connu que la victoire, dont deux succès à l’extérieur (à Biarritz et Bourgoin). Demi-finaliste d’accession la saison dernière, le club tarnais a changé d’entraîneur mais pas de méthode. Un rugby dynamique, servi par quelques individualités hors-norme. Une belle dynamique qu’ils essaieront de conserver lors de leur court déplacement à Colomiers.

La spirale à briser : Bourgoin

Le bilan du premier bloc berjallien est alarmant : quatre défaites en autant de rencontres. Si le CSBJ n’est pas dernier de ce ProD2 il le doit en grande partie au mauvais début de saison du Biarritz Olympique. Car si les Berjalliens se sont déplacés à trois reprises à Bayonne, Lyon et Narbonne (où ils auraient, jusqu’à la dernière seconde, pu accrocher les quatre points), les joueurs d’Alexandre Péclier et Serge Laïrle ont fait preuve de fébrilité lors de leur seul rencontre à Pierre-Rajon (défaite face à Albi sur un essai encaissé à 13 contre 15 à la 83e). Les Isérois ont donc tout intérêt à relever la tête dès vendredi. Malheureusement en recevant l’USAP (4e) les Berjalliens vont devoir montrer un tout autre visage que ça ne fut le cas jusqu’à présent s’ils veulent, enfin, faire tourner une rencontre en leur faveur et s’éloigner de la zone rouge.

Déjà au pied du mur : Biarritz

Le BOPB nage en plein cauchemar. Figurant pourtant parmi les effectifs les mieux armés du championnat, le club basque a totalement raté son premier bloc de matchs. Quatre défaites (deux à domicile) dont une dernière place peu reluisante. Avec l’arrivée de David Darricarère au sein du staff, le jeune président Nicolas Brusque essaie de faire bouger les lignes. Il y a toutefois urgence : ce jeudi, c’est le Lou qui se présente à Aguilera en hyperfavori de ce Pro D2. Pas de quoi rassurer les supporters basques. Une défaite, pourtant, sera déjà dramatique pour le BOPB. Léo FAURE

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?