Figuerola : « Je ne regarde pas le classement »

  • Figuerola : « Je ne regarde pas le classement »
    Figuerola : « Je ne regarde pas le classement »
Publié le , mis à jour

Soumis à la concurrence de Mathieu Lorée et Nicolas Durand, Agustin Figuerola intègre le groupe pour le déplacement à Aurillac.

Comment se passe votre intégration à Lyon ?

Plutôt bien. Je suis heureux d’être ici, il y a un bon groupe, de bons mecs. Sur le plan sportif, ça se passe bien. Chacun connaît bien son rôle et fait son travail.

À l’intersaison, vous avez choisi Lyon et le Pro D2. On vous attendait comme numéro 1 à la mêlée. Pierre Mignoni fait jouer la concurrence, avec Nicolas Durand et Mathieu Lorée. Comment le vivez-vous ?

Nous avons, tous les trois, envie de jouer tous les matchs, mais c’est normal. Le plus important, c’est le groupe, que chacun reste sur le bon chemin. Après, quand nous avons l’opportunité de jouer, il faut être performant.

Pourquoi avoir choisi de signer à Lyon ?

J’ai rencontré le club et Pierre Mignoni. J’ai trouvé le projet sportif et humain intéressant. Le club avait de l’ambition. C’est différent d’Oyonnax, qui est gros club, avec de bons joueurs. J’ai passé une belle saison là-bas. Mais le projet était plus motivant. J’ai rencontré plusieurs fois Pierre Mignoni. Son message était clair et simple. Et j’aime les choses claires et simples. Cela m’a aidé à prendre ma décision.

Votre coach est un ancien 9, le ressentez-vous dans les contacts que vous avez lui ?

Il a joué à très haut niveau. Que ce soit l’ensemble du groupe ou les demis de mêlées, on travaille et on apprend beaucoup tous les jours. C’est bien. Nous montons notre niveau. Il demande de jouer, de mettre de la vitesse. Je me sens bien dans ce dispositif.

Comment jugez-vous le championnat de Pro D2, que vous découvrez ?

Il est dur ! Il y a beaucoup de combats et il est primordial d’avoir une bonne touche, une bonne mêlée, une bonne conquête. Et surtout, répondre au défi physique. Pour l’instant, cela se passe bien.

Le déplacement à Aurillac, troisième du classement, est-il un premier tournant dans la saison ?

Nous prenons les matchs les uns après les autres. Je ne regarde pas le classement pour savoir combien de points d’avance nous avons. Personnellement, cela ne m’intéresse pas. Nous avons un match difficile. Le mieux est de rester concentré dessus. Ce n’est pas un match en particulier qui fera la différence. Mais ce serait mieux de ramener la victoire.

Lors du dernier déplacement à Biarritz, vous avez gagné « avec un peu de chance », pour reprendre les termes de votre entraîneur. Que devez-vous améliorer pour espérer l’emporter ?

Oui. Nous avons mal joué. Nous n’avons pas assez travaillé sur le terrain, pas comme d’habitude. Ce n’est pas un problème. Ça arrive de temps en temps. On ne peut pas être parfait pendant tous les matchs, toute la saison. Mais nous avons appris de ce match. Biarritz a fait un gros match et nous n’avons pas fait assez d’efforts. Mais nous avons gagné. Prendre quatre points à l’extérieur, ça compte aussi !

Un petit mot sur l’Argentine : comment jugez-vous son parcours avant le match ce soir ?

Je suis un peu surpris. Je connais les joueurs, j’ai beaucoup joué avec eux. Ils sont bons mais je n’aurais jamais espéré les voir atteindre les demi-finales. Quoiqu’il se passe contre l’Afrique du Sud, c’est une bonne Coupe du monde. L’équipe a montré des convictions dans le jeu, chaque joueur a bien joué son rôle.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?