Quade Cooper, ses premières vérités

  • Quade Cooper, ses premières vérités
    Quade Cooper, ses premières vérités
Publié le , mis à jour

Quade Cooper a été présenté ce mardi matin à Mayol. L’ouvreur australien aux 58 sélections ne cache pas son impatience et son excitation à l’idée de débuter sous le maillot toulonnais.

Son choix de rejoindre Toulon

« C’est un club prestigieux, le meilleur au monde. Les résultats et les trophées parlent d’eux-mêmes. J’ai envie de continuer à gagner avec cette équipe. Le soutien et l’ambiance sont fabuleux à Toulon. J’ai vu les images à la télé, on m’a parlé de la descente du bus… Je suis très excité à l’idée de débuter. Je veux aussi apprendre le français. Ça fait partie de mon défi. Je vais me mettre rapidement au cours. »

Ses possibles débuts samedi

« J’ai envie de jouer en tout cas. Est-ce trop tôt ? Ce n’est pas si difficile de s’intégrer, il me faut juste apprendre vite les combinaisons. Tout ce travail sera facilité par la présence de joueurs de classe mondiale. Mais je ne veux pas me mettre trop de pression. »

Sa Coupe du monde

« Honnêtement, j’aurais aimé jouer plus. Mais j’étais tout de même dans le groupe des Wallabies qui ont été jusqu’en finale. Je pense avoir progressé durant cette période. Dans quatre ans, il y aura une autre Coupe du monde. J’espère continuer à m’améliorer pour être alors au top. »

L’objectif olympique

« Je suis très heureux et reconnaissant au RCT de m’offrir l’opportunité de disputer les JO de Rio. C’est un rêve de gamin. Ce n’était pas dans le premier accord mais, après discussions, Mourad m’a permis de poursuivre ce but. C’est un objectif très excitant. »

Sa découverte du rugby français

« Après dix saisons en Super Rugby, il va vraiment falloir que je m’adapte. Tout le monde m’a dit à quel point c’était un championnat rude où il y avait beaucoup de combat. Ça fait partie de mon défi. Je suis aussi très impatient d’affronter les meilleures équipes européennes. »

Le staff toulonnais

« J’ai entendu des histoires sur Bernard Laporte. Je vais pouvoir vérifier si elles sont vraies. Je connais aussi Steve Meehan qui m’a entraîné pendant une saison en Australie. Et il y a Jonny Wilkinson. Il y a des joueurs de classe mondiale mais aussi de grands entraîneurs. C’est idéal pour progresser. Je veux grandir à leurs côtés. »

L’imbroglio autour de sa venue

« Je sais que les négociations ont duré longtemps. Je m’en excuse. Parfois, il faut attendre avant d’avoir de bonnes surprises. Je vais donner le meilleur de moi-même pour ce maillot et pour les supporters. »

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?