Castres : le syndrome des deux Laurent

  • Castres : le syndrome des deux Laurent
    Castres : le syndrome des deux Laurent
Publié le , mis à jour

Depuis qu’ils ont quitté le Tarn, le duo d’entraîneur du Racing 92 Laurent Travers et Laurent Labit ont toujours mis un point d’honneur à vaincre le club avec lequel ils ont été sacrés champions de France en 2013.

On n’efface pas une aventure de quatre ans comme ça. Surtout si celle-ci a été conclue de la plus belle des façons, par un titre de champion de France. C’était en 2013. L’année suivant leur arrivée, le Castres olympique avait connu une irrésistible montée en puissance, atteignant les quarts de finale en 2010, puis en 2011, avant de se hisser jusqu’en demi-finale en 2012. L’année d’après allait être la bonne. Classés quatrièmes à l’issue de la saison régulière, les Tarnais ont écarté Montpellier en barrage, puis Clermont en demi-finale à Nantes avant de croiser le fer contre le terrifiant RCT en finale au Stade de France. Là, les hommes des deux Laurent signeront un authentique exploit, et vaincront les Toulonnais grâce à un essai de filou de Rory Kockott (exploitant à merveille l’abord d’un ruck mal gardé par Bakkies Botha) et deux drops de Rémy Tales. C’est là que le CO décrocha son quatrième Brennus.

Leur ombre plane encore

Sur les quinze titulaires de cette finale, pas moins de neuf évoluent encore au CO. Même dix, puisque le gaucher Saimone Taumopeau, comme nous l’indiquions sur ce site mercredi, a rejoint cette semaine le club en qualité de joker médical. Mieux, pas moins de quatre de ces titulaires ont rejoint les rangs du Racing 92 : Claassen, Tales, Andreu, et Dulin. Dire que le match de dimanche devrait remémorer un sacré paquet de souvenirs tient donc du doux euphémisme… Seulement, depuis leur départ, les deux Laurent prennent un malin plaisir à souligner les dates où ils affronteront leur ancien club afin de s’imposer. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils parviennent plutôt bien : en quatre oppositions, ils en ont remporté trois. Ils ne sont pas parvenus à s’imposer à Castres pour leur premier retour, en septembre 2013 (19-15), mais ils l’ont fait la saison dernière, le 29 novembre 2014. Cette défaite, la deuxième de la saison à domicile pour le CO, avait eu l’effet d’un grand coup de massue sur les troupes du nouveau duo d’entraîneurs Milhas-Darricarrère. Et quelques mois plus tard, les Racingmen avaient littéralement balayé les Castrais à Colombes, 53-10. Poliment, on dirait que ce jour-là, les Racingmen ont « respecté » les Castrais. Mais en réalité, ils les ont rossés. Ce dimanche, les deux Laurent retrouveront donc le Castres olympique mais cette fois entraîné par un autre ancien de la maison, Christophe Urios. Pour le même résultat que la saison dernière ? Réponse dimanche.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?