Biarritz : Le blues des Rouge et Blanc

  • Biarritz : Le blues des Rouge et Blanc
    Biarritz : Le blues des Rouge et Blanc
Publié le , mis à jour

Malgré une belle entame et une « deuxième mi-temps très satisfaisante » selon leur staff, les Biarrots, toujours derniers du classement, sont rentrés bredouilles du derby chez le voisin bayonnais. Avis de regrets du côté d’Aguilera.

À l’image de leur capitaine Laurent Cabarry, qui s’est présenté en conférence de presse visiblement ému, les Biarrots en avaient gros sur la patate après ce derby. « Nous sommes très frustrés », lâchait, dépité, le pilier. Marre de rivaliser sans l’emporter. Marre de bien figurer sans concrétiser. Cette frustration, véritablement palpable, trouvait plusieurs origines. Intrinsèques d’abord, avec ce « gros trou d’air » à la 20e minute de jeu pointé du doigt par le coach David Darricarrère dans l’après-match. Pourtant auteurs d’une belle entame, avec un essai d’entrée (Hewitt, 8e), les Rouge et Blanc se sont littéralement liquéfiés à partir du carton jaune reçu par ce même Hewitt sur un plaquage illicite. Bilan : 13 points encaissés en infériorité numérique, plus un essai juste avant la pause (Lovobalavu, 38e).

Alors menés 26-11, ils avaient pris trop de retard pour « espérer gagner ici contre une équipe comme ça », dixit le demi de mêlée Maxime Lucu. Et ce, malgré un très bon retour des vestiaires et deux essais inscrits en deux minutes (Lucu, 43e, Placines, 45e). C’est que l’autre gros regret de la soirée, l’indiscipline, leur a coûté cher. Avec 18 pénalités concédées durant la rencontre (dont 14 en première période), les Biarrots ont donné beaucoup de points – et de munitions — à leurs adversaires. Et commis trop de « fautes bêtes », rédhibitoires dans un match de ce niveau.

Un essai valable ?

Mais la frustration est aussi venue de l’extérieur. De l’arbitrage de M. Ramos plus précisément. Notamment sur l’essai refusé à Maxime Lucu à la 76e, alors que le BOPB comptait sept points de retard (25-32). « C’est décourageant, des décisions comme ça, sur match si important. Surtout qu’on a besoin de points, déplorait le joueur dimanche soir. S’il y avait eu l’arbitrage vidéo, l’essai aurait été accordé. Je suis persuadé d’avoir aplati. J’ai l’arbitre d’en-but en face de moi et je suis sûr qu’il le voit, je suis sûr d’y être. Je tombe en même temps que Jean Monribot et il me pique le ballon juste quand l’arbitre arrive. »

Las, c’est bredouille que les Biarrots ont fait les quatre kilomètres du voyage retour à Aguilera. Ils ont pourtant cruellement besoin de points, toujours derniers avec six points et déjà à sept points du premier non relégable, Aix-en-Provence. Malgré le mieux entrevu depuis le changement de staff, les efforts ne payent pas encore et cette nouvelle désillusion, lors du derby basque qui plus est, a visiblement beaucoup touché dans le camp rouge et blanc. Mais David Darricarrère, qui est arrivé avec un discours nouveau, continue d’insister sur le positif pour remobiliser ses troupes : « Lors des quatre derniers matchs, nous avons affronté les trois premiers. Nous sommes dans le vrai. » Il va maintenant falloir être dans les clous. Et vite.

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?