Médard : « Le contexte était particulier »

  • Médard : « Le contexte était particulier »
    Médard : « Le contexte était particulier »
Publié le , mis à jour

Très affectés et impuissants face aux événements tragiques qui ont touché la France, les Toulousains se sont lourdement inclinés sur le terrain des Saracens (7-32) samedi soir. Mais à l’image de leur arrière Maxime Médard, il refuse de se réfugier derrière cette excuse pour justifier leur défaite.

Par Jérémy Fadat, envoyé spécial.

Comment expliquer une défaite aussi lourde ?

Nous sommes déjà tombés sur une très belle équipe des Saracens. On savait que nos adversaires nous mettraient beaucoup de pression en défense. Cela a été le cas et nous n’avons pas su nous adapter. Nous avons fait tomber beaucoup trop de ballons en début de match. Puis nous avons pris des essais et des points trop rapidement. Après, c’était vraiment dur de revenir.

Même si la deuxième période a paradoxalement été meilleure…

À la pause, nous nous sommes donné un seul objectif : ne pas laisser le point de bonus offensif aux Saracens. Ils avaient déjà inscrit deux essais et on ne pouvait plus revenir mais il fallait au moins éviter ça. On a réussi mais on a trop mal commencé pour espérer mieux.

Est-ce tout de même une satisfaction ?

Attention, on ne peut absolument pas se satisfaire de ça. Mais voilà, il y avait 27-0 contre nous à la mi-temps. Il était trop difficile de recoller et nous savons qu’il y aura un match retour. Mais l’objectif n’est pas du tout atteint.

Comment avez-vous abordé cette rencontre avec les événements qui se sont déroulés en France ?

Le contexte était particulier. On ne peut pas tout mettre là-dessus mais en tant que Français, nous étions forcément touchés. Je ne dis pas que cela explique le fait que nous ne soyons pas entrés dans la partie. Car nous avons été pris à la gorge, nous avons fait des mauvais choix. C’est un peu tout à la fois.

Avez-vous pensé à un moment que le match n’aurait pas lieu ?

Non. Je ne me le suis jamais dit. Il fallait malgré ce qu’il s’était passé en France. Voilà, mais nous n’étions pas concentrés à 100 %. On ne peut pas parler de préparation ratée mais elle n’était pas comme les autres. C’était délicat dans ce contexte. Mais je ne veux pas revenir là-dessus. On a chanté la Marseillaise avant le match et c’était très important pour nous car notre pays a été touché. Les joueurs l’ont voulu pour les victimes, les familles et les proches.

Fiche technique

A Londres, Allianz Park, samedi 18h30, 9674 spectateurs

Saracens bat Toulouse : 32 - 7.

Arbitre : M. Clancy (Irlande)

Evolution du score : 3-0, 6-0, 13-0, 16-0, 19-0, 22-0, 27-0 (mi-temps) ; 32-0, 32-7 (fin du match).

SARACENS > 3E M. Vunipola (15e) Wyles (37e, 42e) ; 1T (15e) 5P (6e, 12e, 22e, 25e, 33e) Farrell ;

TOULOUSE > 1E Tolofua (51e) ; 1T (51e) Bézy

Carton jaune : Johnston (28e)

SARACENS > 15. Goode ; 14. Ashton, 13. Taylor (23. Bosch 66e), 12. Barritt (cap.), 11. Wyles ; 10. Farrell (22. Hodgson 61e), 9. Wigglesworth (21. De Kock 54e) ; 7. Fraser (20. Wray 19e-26e-70e) 8. B. Vunipola, 6. Rhodes (19. Hargreaves 63e) ; 5. Kruis, 4. Itoje ; 3. Du Plessis (18. Figallo 51e), 2. George (16. Brits 52e), 1. M. Vunipola (17. Gill 45e).

TOULOUSE > 15. Médard ( 21. Poitrenaud 70e) ; 14. Clerc, 13. Fickou, 12. Flood (23. David MT), 11. Matanavou ; 10. McAlister, 9. Bézy (22. Doussain 64e) ; 7. Dusautoir (cap.), 8. Picamoles (18. Aldegheri 31e-39e) , 6. Camara (20. Harinordoquy 46e) ; 5. Tekori, 4. Maestri (19. Millo-Chluski 63e); 3. Johnston (18. Aldegheri 54e), 2. Marchand (16. Tolofua MT), 1. Steenkamp (17. Kakovin MT).

Les buteurs

Farrell : 1T/3, 5P/5 ; Bézy : 1T/1

Les meilleurs

Saracens : M. Vunipola, George, Kruis, Fraser, Wigglesworth, Farrell, Wyles, Taylor, Ashton ; Toulouse : Picamoles, Fickou, Kakovin.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?