Prune Pégot:« Être au Stade toulousain, ça se mérite !»

  • Prune Pégot:« Être au Stade toulousain, ça se mérite !»
    Prune Pégot:« Être au Stade toulousain, ça se mérite !»
Publié le , mis à jour

L’arrière du Stade toulousain a fait partie du club de Saint-Orens pendant trois ans. Après trois années passées à Toulouse, elle nous fait part de sa vision sur le nouveau derby de la Garonne.

Propos recueillis par Romane Paulin

Pour quelles raisons êtes-vous partie de Blagnac-Saint-Orens pour rejoindre le Stade toulousain ?

Au moment où j’ai quitté Saint-Orens (Blagnac et Saint-Orens n’avaient pas encore fusionné, N.D.L.R.), c’était l’année de ma montée en groupe seniors. Je ne me sentais pas de commencer en Top 8. Fonsorbes m’a alors contacté en me proposant un projet séduisant où je pourrais m’épanouir. Le fait que le groupe soit jeune m’a également attiré. Un an après, Fonsorbes et le Stade toulousain fusionnait.

Avez-vous ressenti des différences majeures entre les deux clubs, tant dans la formation que dans les infrastructures ?

Je n’ai pas connu les infrastructures de Blagnac. Quant au Stade toulousain, il est connu comme étant un grand club pour les garçons avec de grosses infrastructures. Évoluer dans un tel environnement fait forcément une différence : c’est quelque chose de beau, et surtout pour une fille d’évoluer au Stade toulousain.

On parle du Stade toulousain comme d’un club qui donne beaucoup aux garçons mais peu aux filles. Qu’en est-il exactement ?

Je n’ai aucuns regrets d’être venue au Stade toulousain. C’est une réalité : c’est toujours compliqué d’être une équipe féminine au sein d’un club masculin. Nous sommes contentes de ce que nous avons. Nous faisons de bons résultats et, pour le moment, c’est tout ce qui compte. Il ne faut pas oublier que nous sommes des filles, nous avons tout à prouver si nous voulons obtenir quoi que ce soit. Être au Stade toulousain, ça se mérite !

On parle d’une rivalité de longue date entre Toulouse et Saint-Orens, notamment depuis que le Stade toulousain est monté en Top 8. Comment le ressentez-vous en tant que joueuse ?

Pour ce qui est de la rivalité entre les filles des deux clubs, il n’y en a pas vraiment. En revanche, c’est toujours un peu particulier entre deux clubs du même niveau et dans la même région : les deux équipes veulent forcément accéder au statut de leader sur la région. La rivalité des deux clubs se trouve là. Mais je pense sincèrement que tout ça ne se jouera pas cette saison.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?