Planté : « À Brive, ce sera bien plus qu’un test »

  • Planté : « À Brive, ce sera bien plus qu’un test »
    Planté : « À Brive, ce sera bien plus qu’un test »
Publié le , mis à jour

Face à Toulon, l’ailier clermontois a vécu le calvaire collectif de son équipe de l’intérieur. Ils exhortent ses coéquipiers à réagir, dimanche du côté de Brive.

Entre la gifle face à Toulon et le derby qui se profile face à Brive, on imagine que la semaine est tendue…

Je ne vais pas mentir, le lendemain du match face à Toulon a été difficile à vivre. Le surlendemain aussi… Nous avons connu une faillite collective, au niveau du combat et de l’agressivité. Quand vous prenez quarante points, que vous êtes premier et que vous vous appelez l’ASMCA, ça ne fait jamais plaisir. Ça ne ferait plaisir à personne, peut-être encore moins à nous. Alors, oui, Toulon est venu avec l’armada. Oui, ils ont gagné et bien joué. Mais je crois que nous les avons trop aidés. Nous avons été inexistants dans la bataille au sol, nous n’avons pas enchaîné trois temps de jeu. On ne peut s’en prendre qu’à nous-même.

Quelle a été la réaction du groupe ?

On s’est dit les choses dans les vestiaires, aussi lundi matin quand on est revenu à l’entraînement. Rien d’extraordinaire, ce n’était pas la sinistrose ou le cataclysme. Mais quand vous prenez quarante points à la maison, vous ne pouvez pas faire dans les vestiaires comme si de rien n’était ! Maintenant ce match doit nous servir pour avancer. Ça ne sert à rien de dire : « on va aller à Brive pour faire la guerre, on va y aller pour récupérer les points ». Restons concentrés sur nous-mêmes. Travaillons pour répondre présents ce week-end. Ce sera la meilleure des réponses.

Quelle est l’ambiance aux entraînements ?

On s’est parlé en début de semaine mais depuis mardi matin, ça bosse sérieusement. Personne n’est abattu ou la tête dans les chaussettes. Il y a beaucoup d’application et de sérieux mais je ne trouve pas l’atmosphère pesante. Nous sommes encore premiers, mine de rien. Mais nous avons pris une très, très bonne piqûre de rappel sur les fondamentaux. Même avec le meilleur projet de jeu du monde, si vous n’êtes pas bon sur les bases, vous en prenez quarante à la maison. Maintenant, on veut remettre de l’agressivité. Avec le derby qui arrive, on va voir où nous en sommes.

Vous aviez senti le groupe « ronronner » avant ce match ?

Franchement, non. On sait que ça peut arriver. On le voit, Toulon avait pris trente points la semaine d’avant, ils nous en ont mis trente samedi. Mais je ne l’avais pas senti arriver. Ça ne nous pesait pas dessus.

Y a-t-il un problème de fond ?

Personne ne peut dire que nous n’avons pas de projet de jeu. Notre jeu est là, il est en place et nous l’avons démontré. Mais tout le monde l’a vu : nous n’avons pas existé dans le combat. Nous avons été pris sur l’agressivité. Il n’y a pas besoin de faire quarante entraînements, c’est dans la tête. C’est mental. Maintenant, le derby arrive. Pour un match agressif, on va trouver du répondant !

Au moins, vous aurez rapidement des réponses à vos questions…

Oui parce qu’il y a, en plus, un contexte. C’est le derby, déjà. Mais en plus, s’ils gagnent, ils nous passent devant. Avec leur début de saison, les Brivistes ne peuvent plus se cacher. C’est une grosse et bonne équipe. S’ils gagnent, ils vont monter sur le podium. Cela ajoute au contexte du derby. Le match sera âpre, on sait vraiment où on met les pieds. Après notre désillusion du week-end dernier, ce sera bien plus qu’un test…

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?