« Falcons » en perte d’altitude

  • « Falcons » en perte d’altitude
    « Falcons » en perte d’altitude
Publié le , mis à jour

Après un début de saison plus que difficile, les Faucons de Newcastle comptent sur la réception des Saracens, ce week-end, pour glaner leur première victoire. Impossible ?

Les Falcons se sont-ils trompés dans leur recrutement ? La question mérite d’être posée, tant le club de Newcastle a dépensé sans compter à l’intersaison, et ce pour s’attacher les services de joueurs non pas mauvais, mais indéniablement surcotés. Qui aurait cru, en effet, que la valeur marchande de l’ancien ouvreur clermontois Mike Delany était estimée à 300 000 euros par saison, soit l’équivalent de celle d’un international approchant les quarante caps ? Les interrogations restent les mêmes quant à la signature du Samoan Alesana Tuilagi, jadis considéré comme l’un des meilleurs finisseurs d’Europe et aujourd’hui en nette perte de vitesse. Après cinq journées de championnat, les coéquipiers de l’Américain Todd Clever ne comptent toujours pas la moindre victoire et pointent à l’avant-dernière place du Premiership, juste devant les London irish (lire par-ailleurs). Et rien ne dit que la situation des Falcons devrait s’arranger ce week-end puisqu’ils accueilleront samedi après-midi le leader du championnat (les Saracens), une équipe face à laquelle ils restent sur douze défaites consécutives !

La lutte pour la survie est lancée

Cette semaine, le trois-quarts centre Adam Powell prenait néanmoins la défense de son coach, l’ancien numéro 8 anglais Dean Richards : « Beaucoup de nos joueurs cadres (l’Italien Venditti, le Samoan Tuilagi, le Tonguien Latu, N.D.L.R.) sont arrivés au club au crépuscule de la Coupe du monde et n’ont pas encore eu le temps pour s’imprégner de nos systèmes de jeu. Mais cela viendra... » Quand ? La question reste à ce jour entière. Depuis le départ de Johnny Wilkinson (juin 2009), les Falcons ont toutes les peines du monde à se hisser à nouveau au sommet du championnat anglais, qu’ils ont gagné en 1998. Dans une région (le Nord de l’Angleterre) où le rugby reste encore embryonnaire, la lutte pour la survie récemment entreprise par les dirigeants de Newcastle est donc honorable, mais loin d’être gagnée... ​

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?