Laporte a désormais un adversaire

  • Laporte a désormais un adversaire
    Laporte a désormais un adversaire
Publié le , mis à jour

A l’issue de l’assemblée générale extraordinaire de la FFR, Pierre Camou s’est porté candidat à sa propre succession. Bernard Laporte a désormais un adversaire à sa taille.

Par Arnaud BEURDELEY et Marc DUZAN

Samedi matin, l’assemblée générale exceptionnelle de la FFR se prononçait sur la réforme des statuts proposée par Pierre Camou et son comité directeur. C’était l’enjeu majeur de ce rendez-vous institutionnel. Bernard Laporte, candidat déclaré à la présidence de la Fédération dont les élections auront lieu probablement en décembre 2016, avait, en amont de cette Assemblée Générale Extraordinaire, exprimé son opposition à cette réforme, réclamant vivement que figure au cœur de cette loi l’instauration du vote décentralisé, comme initialement voté lors de l’AGE de Hyères en juin 2013. Pour cela, il avait mobilisé ses partisans afin qu’ils soient présents ce samedi matin à Marcoussis pour voter contre. De son côté, Pierre Camou avait tenté de convaincre de sa bonne foi et de son respect de la loi en répondant dans un long courriel, accompagné de nombreuses pièces justificatives, adressé mercredi à l’ensemble des 1885 présidents de clubs du rugby français. In fine, devant une assemblée bien plus fournie qu’à l’habitude, trois-cent quarante cinq votes ont été exprimés par les présidents de clubs ou leurs représentants. 199 se sont exprimés en faveur de la réforme statutaire proposée par la fédération (soit 57,6%). 146 se sont exprimés contre (soit 42,3%). Seulement, dans les statuts de la FFR, l’article 30 du Titre I des règlements généraux stipule : « L’Assemblée Générale statue sans condition de quorum. Les Statuts ne peuvent être modifiés qu’à la majorité des deux tiers des membres présents, représentant au moins les deux tiers des voix . » Ainsi, la réforme statutaire proposée par la FFR a été retoqué par les clubs présents à Marcoussis. Est-ce une défaite pour Pierre Camou ? Difficile à dire. Le mode de scrutin dit des « gros porteurs de voies » ne le desservira pas forcément. Jusqu’au mois de décembre 2016, Bernard Laporte et ses soutiens disposent ainsi d’un an pour conquérir les nouvelles voies qui ferait de lui un président. A l’issue de cette assemblée générale, Pierre Camou a quant à lui annoncé qu’il était officiellement candidat à sa propre succession. La campagne est officiellement lancée. Et à la lueur des propos tenus par le patron de la FFR ce jour (lire par ailleurs), elle s’annonce sulfureuse...​

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?