UBB : les débuts timides d’Ashley-Cooper

  • UBB : les débuts timides d’Ashley-Cooper
    UBB : les débuts timides d’Ashley-Cooper
Publié le , mis à jour

Pour ses débuts, le centre des Wallabies n’a pas touché beaucoup de ballons. Il est encore en rodage. Kepu, lui a fait son meilleur match.

Le match Bordeaux-Ospreys a quand même attiré plus de 20 000 spectateurs, une nouvelle réussite populaire sans doute un peu stimulé par la présence d’Adam Ashley-Cooper. Mais la vedette des Wallabies a fait des débuts plutôt discrets. Il n’a pas vraiment participé au festival offensif des Bordelais. Il n’a touché son premier ballon qu’à la 42e minute et n’a guère récidivé jusqu’au coup de sifflet final. Il a en revanche était sollicité trois ou quatre fois en défense et n’a pas failli à sa tâche. « Je n’ai pas touché beaucoup de ballons, c’est vrai et j’ai dû me contenter de défendre. Je ne suis pas habitué à vivre de genre de rencontres mais je suis conscient des progrès qu’il me reste à faire. J’ai essayé de communiquer, car à mon poste, c’est très important. Mais la barrière de la langue sera le plus gros défi que je devrai relever… Mais j’ai adoré l’ambiance qui règne dans ce stade. Le match fut de bon niveau. Notre équipe a réussi de beaux mouvements, moi je sais ce qui me reste à faire dès lundi à la reprise de l’entraînement avant le match contre Grenoble sur lequel je suis déjà focalisé. »

Raphaël Ibanez a reconnu que son nouveau poulain n’avait pas beaucoup touché de ballons parce que le jeu s’est souvent concentré au milieu du terrain et que « AAC » s’est souvent positionné sur les extérieurs. « Aujourd’hui, il a beaucoup communiqué, il était très concerné. Ballon en main je l’ai trouvé un peu timide mais il s’est toujours employé à être présent pour finir les coups sur les extérieurs. Après, il s’est employé à bien défendre avec des prises de risque sur la ligne d’avantage pour aller chercher l’adversaire en défense. Il a entraîné les autres et avec Julien Rey ils ont coupé pas mal d’attaques adverses. »

Quant à Sekope Kepu, le pilier des Wallabies, pour son troisième match, il a montré des choses intéressantes en participant beaucoup au jeu : « Oui, je lui ai dit que j’étais très satisfait de ce qu’il a montré. C’était bien mieux que lors de ses deux précédentes sorties. » Celui-ci était tout sourire après le match, même s’il reconnaissait avoir encore des difficultés à s’adapter aux fameuses mêlées de l’Hémisphère Nord. « Oui, c’est le grand défi pour moi. Me faire à cette culture qui veut que la mêlée soit une bataille et non plus une simple rampe de lancement. J’avais un peu découvert ça aux Waratahs et chez les Wallabies avec Mario Ledesma mais je dois maintenant découvrir les bonnes liaisons avec mes deuxièmes ligne et mes talonneurs. Ce n’est pas facile, mais je vais continuer à y travailler. »

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?