C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14

  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
  • C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
    C’était 2015 - Dix superstars débarquent en Top14
Publié le , mis à jour

L’Hexagone ressemblerait-il de plus en plus à l’hémisphère sud ? « On dirait le Sud » chantait Nino Ferrer. Aussi poétiques soient-elles, les signatures de nombreuses stars de l’hémisphère vont en tout cas égayer les stades du Top14 pendant les saisons à venir.

Quade Cooper (27 ans, 58 sélections avec l’Australie)

Il est parmi les joueurs les plus fantasques du monde. Demi d’ouverture talentueux, Quade Cooper a rejoint le RCT et son effectif étoilé. Si les rumeurs quant à sa venue furent nombreuses (un temps il devait rester en Australie, puis venir, puis rester,…) le joueur a finalement bien revêtu la tunique Rouge et Noir. Et si la perte d’un proche l’a éloigné, un temps des terrains, nul doute que l’Australien s’épanouira cette saison avec le RC Toulon.

James O’Connor (25 ans, 44 sélections avec l’Australie)

Déjà passé par Toulon entre juillet et décembre 2014, James O’Connor était retourné en Australie avec comme ambition d’intégrer le squad de Michael Cheika pour le mondial. Mais entre frasque alcoolisées et mauvaises performances sportives, l’enfant terrible du rugby wallaby n’avait finalement pas été invité par son sélectionneur. Le trois-quarts polyvalent a ainsi décidé de rejoindre le RCT où il avait laissé de bons souvenirs.

Sekope Kepu (29 ans, 63 sélections avec l’Australie)

Qui aurait imaginé qu’un jour Sekope Kepu signerait pour évoluer avec l’Union Bordeaux Bègles ? Car le pilier australien s’est bel et bien engagé avec le club girondin en janvier 2015. Finaliste du dernier mondial avec l’Australie, le néo-bordelais a été reçu correctement en mêlée fermée lors de son premier match avec l’UBB. Mais le pilier droit fera, très certainement, rapidement du bien à une mêlée bordelaise en manque de pilier depuis le début de saison.

Will Genia (27 ans, 66 sélections avec l’Australie)

Il était le demi de mêlée titulaire de l’Australie lors du mondial, il est désormais joueur du Stade Français. Will Genia, devrait apporter par sa rapidité d’éjection et sa qualité de passe. De plus il débarque dans un club champion de France mais bien en difficulté en ce début de saison.

Adam Ashley-Cooper (31 ans, 114 sélections avec l’Australie)

Indéboulonnable rouage du carrosse wallaby depuis plus de dix ans, Adam Ashley-Cooper s’est engagé avec l’Union Bordeaux-Bègles pour les deux saisons à venir. Il rejoint ainsi un club ambitieux qui désire rallier, le plus rapidement possible, les sommets du championnat. Le trois-quarts polyvalent apportera son expérience à une ligne arrière talentueuse mais encore jeune et de fait, irrégulière en Top14.

Conrad Smith (34 ans, 94 sélections avec la Nouvelle-Zélande)

Stratège de la ligne arrière des All Blacks lors des deux titres mondiaux, Conrad Smith a décidé de rejoindre le promu Pau. En signant avec la Section Paloise, Conrad Smith souhaite installer durablement le club dans l’élite du rugby français. Mais il désire surtout découvrir une nouvelle culture, un nouveau rugby et se mettre en danger une dernière fois dans sa splendide carrière.

Ma’a Nonu (33 ans, 103 sélections avec la Nouvelle-Zélande)

Considéré comme le joueur le plus important des All Blacks par de nombreux observateurs, Ma’a Nonu a rejoint l’effectif déjà cinq étoiles du RCT. Si à Toulon les centres de très haut niveau se chevauchent Ma’a Nonu est indiscutablement venu pour s’imposer en patron. Comme son ami Dan Carter, il est une superstar venue se mettre en danger en relevant un dernier défi dans sa carrière déjà exceptionnelle.

Colin Slade (28 ans, 21 sélections avec la Nouvelle-Zélande)

On oublie trop facilement que la saison dernière Colin Slade était le demi d’ouverture titulaire des Crusaders aux dépens d’un certain Dan Carter, repositionné au centre pour l’occasion. C’est donc un joueur moins médiatisé que ses compatriotes mais brillant ballon en main qui a rejoint le Béarn. Si la Section Paloise veut atteindre son objectif de maintien, le numéro 10 devra rapidement évoluer à son meilleur niveau.

Dan Carter (33 ans, 112 sélections avec la Nouvelle-Zélande)

Meilleur joueur du monde en 2015, champion du monde pour la deuxième fois consécutive, c’est une véritable rock-star qui débarque en Top14 ! Après un passage court mais remarqué par l’USAP, Dan Carter s’est cette fois engagé avec le Racing 92. Impeccable lors du Mondial anglais, le demi d’ouverture a déjà été accueilli par le reste de l’effectif francilien et a déjà brillé lors de ses premiers matchs européens, alors nul doute qu’il s’imposera rapidement en patron du groupe francilien.

Duane Vermeulen (29 ans, 35 sélections avec l’Afrique du sud)

C’est un joueur surpuissant qui rejoint le Top 14. Indiscutable troisième ligne centre de l’Afrique du Sud depuis 2012, Duane Vermeulen a été le symbole de la renaissance des joueurs d’Heyneke Meyer. Non pas fantasque comme le sélectionneur l’aurait voulu, les Sud-Africains sont rapidement revenus à un jeu de destruction. Et dans ce dispositif, le numéro huit était comme un poisson dans l’eau, mettant son équipe dans l’avancée à chaque fois qu’il touchait un ballon. C’est donc un joueur à la fois surpuissant et fin techniquement qui a rejoint la rade après le Mondial. Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?