Victoire à l'arraché pour le Stade français

  • Victoire à l'arraché pour le Stade français
    Victoire à l'arraché pour le Stade français
Publié le , mis à jour

Les Parisiens restent en course pour la qualification. Toulouse s’incline après un match de folie dominé par les Rouge et Noir.

RESUME

Le Stade Toulousain fait une grosse entame de match dans cette rencontre, ce classico. Maxime Médard trouve l’espace et Palisson finit l’action et aplatit dans le coin. L’arbitrage vidéo sera d’ailleurs demandé mais l’essai est validé par l’arbitre. C’est un grand retour pour Palisson, après sa blessure au genou, il y a un an.

C’est Toulouse qui donne le rythme dans ce début de rencontre, et se montre de plus en plus dangereux. Les Rouges et Noir dominent, ils ont la main sur le ballon, la main sur le match. Le Stade Français relance le jeu à la 8e mais sans aboutissement, on peut aussi voir quelques accrochages dans ce classico. Les parisiens se font pénaliser, ils sont privés de munition et court après le score. Un début de match difficile pour les locaux, on les sent fragile. Le Stade Toulousain envoi du jeu, crée des intervalles et les opportunités sont nombreuses. Seul bémol de cette première mi-temps, les Toulousains manquent de réalisme, à l’image de cet essai refusé à Vincent Clerc. Le Stade Français perd des ballons dans les rucks et a du mal en mêlé.

La seconde mi-temps est lancée, la meilleure défense du championnat est en place, Toulouse ne laisse rien passer. Le Stade français lance enfin la machine et envoi du jeu, ballon en main. Mais le rideau défensif est en place et dur à franchir. Les parisiens dominent une longue période mais ne score pas. À vingt-cinq minutes de la fin du match Toulouse domine toujours mais pas pour longtemps, le Stade français reprend le dessus et impose son jeu pendant un long moment. C’est alors que l’arrière Hugo Bonenval trouve la faille et inscrit le premier essai parisien. Ils prennent l’avantage au score pour la première fois (13-11).

70e minute de jeu, essai de Palisson refusé par l’arbitre pour obstruction, à nouveau. Une pénalité est tentée par Bey et ramène le stade toulousain à un point devant les parisiens. C’est une fin de match tendu pour ce classico, mais Toulouse occupe toujours le camp parisien et score trois points de plus. Jamais deux sans trois, à cinq minutes de la fin du match, Monsieur Cardona, l’arbitre, demande la vidéo pour la validation de l’essai de la délivrance pour Paris. Essai validé de Paul Williams, 18 à 17 pour le Stade français. Tout est remis en jeu, le renvoi est gagné par Toulouse et joue encore pour revenir au score à une minutes de la fin. Les cloches retentissent et Toulouse s’incline d’un point après avoir dominé tout le match.

LE PLUS BEL ESSAI

Hugo bonneval. Sortie de nulle part, il aplatit à la 63e minute. Revenu de blessure, ila une parfaite analyse ultrarapide de la situation. Il inscrit cet essai qui relance totalement le match après un dégagement au pied de Picamole. Ce jeune joueur est aussi parmi les trente joueurs appelé demain par Guy Novès.

L’HOMME DU MATCH

Sebastien Bezy, par son analyse du jeu très complet et sa rapidité d’action. Ce joueur, repéré par Guy Novès colle au ballon et distribue aisément les ballons à ses coéquipiers. Un numéro 9 qui devient indispensable au Stade toulousain.

LE TOURNANT DU MATCH

L’essai de la délivrance à la 76e minute du match, inscrit par Williams. Cet essai vient donner la victoire et un dernier espoir au parisien pour les qualifications de fin de saison. Le tournant du match, après avoir été dominé tout du long par une équipe toulousaine très présente.

MICRO

Plisson les mains froides

L’ouvreur Jules Plisson n’a pas été à son avantage quand il a été positionné dans le deuxième rideau. Deux fois en première mi-temps, il a commis deux gros en avant sur deux chandelles trop longues de Doussain. En deuxième période, cette même maladresse a coûté 3 points son équipe. Au bout d’une longue séquence toulousaine, l’ailier Alexis Palisson jouait un petit coup de pied à suivre pour lui même, un peu trop long. Jules Plisson était bien placé en replis. Mais il commettait son troisième en avants de la partie, repris devant lui par un partenaire. Pénalité logique. A 22 mètres en coin, Bézy la rentrait, et Toulouse prenait cinq points d’avance (11-6).

FICHE TECHNIQUE

à Paris — Dimanche 21 heures — 12 976 spectateurs.

Arbitre : M. Cardona (Provence).

Evolution du score : 0-5, 0-8, 3-8 (MT) ; 3-11, 6-11, 13-11, 13-14, 13-17, 18-17.

Stade Français : 2E H._Bonneval (63e), P._Williams (78e) ; 1T (63e), 2P (17e, 57e) Plisson.

Toulouse : 1E Palisson (5e) ; 4P S. Bezy (13e, 52e, 71e, 76e).

Stade Français : 15. H. Bonneval ; 14. Sinzelle (21. Steyn 57e), 13. Williams, 12. Danty, 11. D. Camara (22. Waisea 49e) ; 10. Plisson, 9. Genia (20. Dupuy 48e) ; 7. Ross (19. Macalou 64e), 8. Parisse (cap.), 6. Ugena ; 5. Papé (18. Gabrillagues 73e), 4. Pyle ; 3. Alo-Emile (23. Slimani 30e), 2. Sempéré (16. Burden 57e), 1. Van der Merwe (17. Felsina 77e).

Toulouse : 15. Médard ; 14. Clerc, 13. Fickou, 12. Flood (21. Fritz 59e), 11. Palisson (22. Poitrenaud 71e) ; 10. Doussain, 9. Bézy ; 7. Harinordoquy (18. Tekori 57e), 8. Picamoles (20. Galan 71e), 6. Dusautoir (cap.) ; 5. Albacete, 4. Maestri (19. Y. Camara 48e) ; 3. Aldegheri (23. Muller 48e-65e), 2._Tolofua (16. Marchand 48e), 1. Kakovin (17. Baille 57e).

LES BUTEURS

Plisson : 0T/1, 2P/3 ; Steyn : 0P/1 ; S. Bezy : 0T/1, 4P/5.

LES MEILLEURS

À Paris, Danty, P. Williams, D. Camara, Parisse, H. Bonneval, Slimani ; à Toulouse Médard, S. Bezy, Kakovin, Dusautoir, Harinordoquy, Palisson.

Par Alison Perret

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?