Top 14 : les premières vérités de 2016

  • Top 14 :  les premières vérités de 2016
    Top 14 : les premières vérités de 2016
Publié le , mis à jour

Debrief de la 12e journée de Top 14, Clermont et Grenoble se démarquent tandis que les autres clubs ne font pas de grands écarts aux scores. Retour sur une journée de Top 14 plutôt mouvementé.

AGEN — CLERMONT

Clermont s’est incliné le week-end dernier contre le Racing 92, à domicile. Ce fut une défaite difficile, ils se sont cependant rachetés contre Brive, le samedi 2 janvier.

Il est vrai que Clermont est dans le dur, incapable d’enchaîner deux victoires de rang en championnat depuis deux mois. Pour contrer les difficultés, les Jaunard jouent la carte jeune. Avec Jedrasiak, 22 ans mais aussi Cancoriet 19 ans, Raka et Fernandez Fiant 21 ans ont été titulaire, sous la pluie du Lot-et-Garonne. Agen dernier du classement a dominé la première période mais sans saveur. Des difficultés en mêlée, malgré l’avantage au score à la pause (9 à 0). Camille Lopez et son entrée à la mi-temps ont fait renaître son équipe. Agen a su garder la tête haute en jouant jusqu’au bout. Avec le statut de dernier les Agenais se retrouvent dans une situation préoccupante. La trêve du Top 14 leur permettra de travailler sur leurs failles.

Côté statistique, Clermont brille souvent à l’extérieur, c’est même l’équipe la plus performante : 6 matchs à l’extérieur pour 20 points ramenés contre 18 points à domicile.

BRIVE – MONTPELLIER

C’est une courte victoire qu’a décroché Brive sur Montpellier, mais pas des moindres puisqu’il retrouve le top 5 du Top 14. Un premier acte marqué par l’indiscipline, des deux côtés. Mais aussi par du jeu au pied puisque les points des quanrantes premières minutes n’étaient que des pénalités. Brive a rectifié le tir dès le début de la seconde mi-temps avec un bel essai de Luafutu. Le score est resté serré et les Corréziens ont mené au score. Ils renouent donc avec la victoire et terminent 7e au classement. Le MHR repart tout de même avec le bonus défensif.

GRENOBLE — OYONNAX

Grenoble dixième, Oyonnax treizième, relégable avant cette journée. Les vœux des joueurs d’Oyonnax serait de retrouver de la constance dans leur jeu et dans les résultats. Face au Stade Français, les rouges et noir d’Oyonnax ont retrouvé l’agressivité et l’envie. Grenoble a fait une entame compliqué, contrairement à Oyonnax qui a marqué les premiers points. Grenoble a remit la main sur le ballon et a infligé sa force en mêlée. Oyonnax a rendu des ballons trop facilement et Grenoble leur a fait payé en s’imposant 42 à 17 en mettant fin à une série de quatre défaites.

Petite note de bonheur, Fabien Barcella à du quitter le terrain avant même le début de la rencontre, sa femme étant enceinte et sur le point d’accoucher.

RACING 92 – BORDEAUX-BÈGLES

Le Racing confirme mais cela reste compliqué. On est obligé de revenir sur ces problèmes de communications qu’ont eus les bleus et blanc de Szarzewski avec le corps arbitral dès le moment du Toss. Puis c’est pendant le match, qu’un joueur ne parle pas correctement à l’arbitre, ce qui a rendu la partie un peu tendue. Mais entre les joueurs du Racing la communication etait bonne. Ils ont su trouver la faille en fin de première période, avec un long pilonnage des avants du Racing puis une échappé du capitaine Szarzewski. Les bordelais sont efficaces à l’extérieur cette saison mais cette fois-ci, pas de place pour l’UBB. Le Racing a confirmé après sa belle victoire à Clermont le week-end dernier. Bordeaux a ramené un beau point défensif, plutôt mérité tant les hommes de Laurent labit ont lutté face à une première ligne girondine pugnace. Colombe est imprenable pour le moment, le Racing 92 reste invaincu à domicile.

LA ROCHELLE – CASTRES

La Rochelle et son capitaine Atonio, joueur emblématique d’ailleurs appelé par Guy Novès, sont à la neuvième place du classement. Castres avec 28 points et la septième place se sont déplacés chez les Rochelais, frustré par leur dernière défaite. Castres, emmené par le meilleur marqueur d’essai du top 14, Alex Tulou, a donné du fil à retordre aux Rochelais. Les locaux ont subis mais se sont remis rapidement dans le sens de la marche grâce aux avants et ont poussé les castrais à la faute. La Rochelle se sont bien défendus et les buteurs se sont livrés à un joli duel. Rory kockott a mit la totalité des points de son équipe mais cela n’ pas suffit. La Rochelle a repris le dessus et l’indiscipline de Castres les a mis en difficultés. Les jaunes et noir se sont imposés de quatre petits points. Ils poursuivent leur belle série à domicile. Il s’agit de leur cinquième succès consécutif devant leur public Rochelais.

TOULON – PAU

Toulon s’est relancé difficilement contre Pau. En effet, sur le papier la rencontre était déséquilibré entre la meilleure et la pire attaque du Top 14. Mais pourtant, Pau a une fois de plus surpris. Il a fallu attendre la 25e minutes pour voir le RCT se mettre en marche et franchir le rideau défensif de la section Paloise. Petite touche légère, Toulon s’est modernisé et a remplacé la sirène par la musique de Star wars, clin d’œil peut être pour cette équipe qui a attendu le retour « de la force », dans cette rencontre. Le RCT pensait ramener le bonus mais c’était sans compter l’essai de Conrad Smith. Pau est revenu dans la partie et a bousculé le triple champion. Toulon sort difficilement de sa période noir, ils n’ont gagné que de quatre points face au promu. Ils se sont imposés dans la douleur et sont remontés à la quatrième place du classement avec 36 points. Toujours au pied du podium, la « grande équipe » de Mourad Boudjellal n’est plus réellement l’équipe qui fait peur. Les Palois restent à la onzième place avec 20 points, à la limite de la relégation.

STADE FRANÇAIS – TOULOUSE

Un point d’écart, un seul point qui sauve la peau du Stade Français et les laissent dans la course à la qualification. Dominé pendant une heure, les Parisiens ont remis la main sur le ballon et se sont refait la cerise après l’entrée en jeu Dupuy. Les Toulousains ont vu deux de leurs essais refusés pour obstruction et la victoire s’est envolée par la même occasion. Le Stade Français avait pour obligation de gagner ce match pour ne pas entrer dans la zone rouge de la relégation, chose faite. Bézy a fait son jeu et a amené ses coéquipiers tout au long du match. Pour ce qui est de Plisson, jeune numéro 10 appelé par Guy Novès, celui-ci est passé complètement à côté de son match. Le Stade Français est tout de même revenu au score grâce à l’essai de Hugo Bonneval à la 75e et entame l’année 2016 avec une courte victoire. A.P.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?