Guirado : «Ce n’est pas anodin...»

  • Guirado : «Ce n’est pas anodin...»
    Guirado : «Ce n’est pas anodin...»
Publié le , mis à jour

Le talonneur toulonnais revient sur cette dernière victoire acquise aux forceps et sur les efforts consentis pour parvenir à la qualification.

Mission accomplie avec cette victoire à l’arraché. Quelle est votre première réaction ?

Oui, nous avons réussi à gagner et ce n’était pas n’importe quelle équipe en face. On aurait aimé recevoir en quart mais bon… L’équipe se sort de la poule de la mort. Il faut être humbles mais emporter cinq matchs face à une telle adversité, ce n’est pas anodin. C’est la déconvenue du match aller aux Wasps qui nous coûte cher. Ce n’est pas sur cette rencontre qu’il faut avoir des regrets.

Une fois encore, le RCT a connu des frayeurs avec un second acte moins maîtrisé…

Je savais que face au vent, ça allait être vraiment difficile. Il fallait bien attaquer la seconde mi-temps. Mais l’équipe est retombée dans ses travers. Nous avons encore pêché dans notre plan de match. Le terrain était catastrophique. Ce n’est pas une excuse mais les conditions n’ont pas aidé. Ce qui a été important, c’est la réaction. Nous avons repris le fil du match à la 58e minute avec cette action où nous avons su les mettre sous pression pour marquer un deuxième essai.

Vous venez de remporter trois matchs « éliminatoires » pour obtenir la qualification. Comment avez-vous vécu cette période charnière ?

C’était nos petites phases finales. Tu enchaînes les matchs couperet avec beaucoup d’intensité. À chaque fois qu’une victoire était validée, il fallait basculer sur l’échéance suivante. L’équipe s’est beaucoup entraînée pour réussir et Bernard (Laporte, N.D.L.R.) nous a mis énormément de pression. Tout le monde a su se responsabiliser et le collectif a fait front.

Vous avez quitté le terrain avec un strap au poignet de la main droite. Que s’est-il passé ?

Josua (Tuisova, N.D.L.R.) m’a marché dessus sur le premier essai. Vu la puissance qu’il a dans les jambes, j’aurai la marque à vie je pense. Mais rien de grave. J’ai des petits pets de partout. Avec tous ces matchs, le corps charge.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?