Rugby à XIII: Pia- Marseille, retour sur une finale atypique

  • Rugby à XIII: Pia- Marseille, retour sur une finale atypique
    Rugby à XIII: Pia- Marseille, retour sur une finale atypique
Publié le , mis à jour

En 1975 à Gilbert-Brutus, la finale met aux prises Pia à Marseille, deux équipes qui évoluaient à l’époque en Groupe B. Le  dimanche 18 mai, Pia s’impose  et décroche son premier titre majeur.

Qui aurait dit au  tout début de la  saison 1974-75   que Pia et Marseille serait l’affiche de la finale de la Coupe de France ? Bien difficile est de trouver  celui qui aurait pu envisager une telle affiche, car les deux équipes évoluaient à l’époque dans le groupe B. C’est-à-dire le deuxième niveau de l’époque. Et pourtant, le dimanche 18 mai 1975 au stade Gilbert-Brutus de Perpignan, Pia et Marseille  se retrouvent en finale du Trophée Lord- Derby après avoir déjoué tous les pronostics. Pia-  Marseille, c’est un peu David contre Goliath. A l’époque, Pia est un village de la Salanque de 4000 habitants.  En 1973, le club a été sacré champion de France de Nationale 2 devant Pamiers et  a  gagné le droit d’évoluer dans l’antichambre de la Première Division. C’est une équipe jeune, prête à tous les sacrifices, il n’y a pas de vedettes, mais des joueurs techniquement doués comme les frères Ambert et le demi-de-mêlée René Banet, le métronome de cette équipe.Les Pianencs ont un autre atout, celui de l’amour de leur clocher. Pour la première grande  finale de leur histoire, les Catalans ont promis d’être à la hauteur de l’évènement. Pour cela, ils pourront compter sur l’appui de leurs supporters, un véritable  quatorzième homme.Marseille, c’est une ville internationale sur le plan économique. Au sein du mouvement treiziste, c’est une référence. D’ailleurs, la Coupe de France, elle l’a remportée  à cinq reprises 1948, 1949, 1957, 1965 et 1971.

Pia déjoue les pronostics

Les Phocéens ont bien l’intention de remporter un sixième trophée d’autant qu’ils possèdent des joueurs de qualité comme l’international Jean-René Ledru et l’arrière Laurent Gomez dont les crochets sont déroutants.Cette finale 1975, elle a tout de même accueilli 9021 spectateurs payants pour voir évoluer deux équipes du Groupe B. Une foule qui soit dit en passant est totalement acquise  à cause des Pianencs, ce que confirme Serge Kunakovitch, le deuxième – ligne marseillais  « Quand nous sommes arrivés à Gilbert-Brutus,  nous avons été surpris par cette foule immense et l’ensemble des supporters qui poussaient derrière Pia.  Nous avons vite compris que nous ne jouerions pas en terrain neutre. A l’applaudimètre, Pia avait déjà gagné le match. De plus, notre buteur, Jacques Azibert avait volontairement laissé sa place à Auribeau à l’aile de l’attaque, ce qui compliquait un peu plus notre tâche.» Ce geste de noblesse du buteur phocéen a pesé sur le sort de cette rencontre.   En première période, Marseille a l’occasion de faire le break au score par Laffont, le buteur remplaçant. Or, ce dernier est dans un jour sans. Sur six tentatives, seules deux sont  validées. A la pause, le score est flatteur pour Marseille  (2-4). A la reprise, c’est Pia qui prend l’initiative de la partie dans le sillage de sa charnière : Banet-Fage. Ce dernier qui est aussi  le buteur de l’équipe réussit deux précieuses pénalités. Après l’heure de jeu, une réalisation du centre Odin officialise la victoire catalane (9-4).Ce jour-là, Pia remporte sa première Coupe. Ce trophée, elle l’empochera de nouveau en 2006 et 2007. Quant aux Phocéens, cette finale perdue fut leur dernier éclat au plus haut niveau.
Ces deux équipes ont malheureusement disparu des écrans radars du plus haut niveau national. Dans l’histoire de la Coupe, Pia – Marseille reste à jamais la finale la plus atypique de l’histoire.

Fiche technique:

A Perpignan (stade Gilbert-Brutus, 9021 spectateurs)- Pia bat Marseille 9-4 (2-4).
Pia : 1 E Odin (63e), Fage (12e, 47e, 58e).
Marseille : 2 P Laffont (21e, 33e).
Pia-  Roses ; Caragol, Odin, Lavaux, Faigt ; (o) Fage, (m)  Banet ; Rascagnères ; M Ambert, Argail ; Bruzy, Cabéro, Radondy (Ph Ambert 54e).
Marseille- Gomez ; Chabaud (Auribeau 40e), Gardon, De Souza, Béranger ; (o) Laffont, (m) A Forment ; Bucchi ; Larodas, Ledru (Kunakovitch 50e) ; Ragonnet, Lentini, R Forment.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?