Novès : "Comme de bons petits français"

  • Novès : "Comme de bons petits français"
    Novès : "Comme de bons petits français"
Publié le , mis à jour

Guy Novès a apporté cinq modifications à l’équipe qui débutera vendredi soir face au pays de Galles. Mercredi soir, au Principality Stadium, le sélectionneur a expliqué ses choix et tracé la voie à suivre pour espérer enchaîner avec un troisième succès consécutif.

Yoann Maestri,  vice-capitaine et remplaçant

"Sur le premier match Alexandre Flanquart était remplaçant, sur le second c'est Paul Jedrasiak. Aujourd’hui, c’est Yoann Maestri. Il n’y a pas d’explication particulière, il fait des matchs corrects, comme Paul et Alexandre. Nous voulons faire vivre le groupe de manière à ce que chacun ait la possibilité de s’exprimer, quelque soit le contexte. Dans le détail, Yoann sait ce qu’on attend de lui."

Qu'attendre de Djibril Camara

"Qu’il ne soit pas impressionné par le contexte car visiblement le contexte, ici (à Cardiff) est particulier. Tout simplement, qu’il donne le meilleur de lui-même, qu’il amène sa jeunesse, son envie. Tout ce qu’on demande à un jeune joueur qui va jouer pour la première fois pour l’équipe de France. Il n’y a pas de pression particulière le concernant. En étant bien conscient qu’il fera des fautes car, encore une fois, l’adversaire est d’un grand calibre."

Le choix de Maxime Machenaud

"Maxime est rentré deux fois en cours de match, il a eu un comportement parfait. Il fait effectivement une bonne rentrée contre l’Irlande. C’était nécessaire de récompenser ce joueur pour faire vivre ce groupe de l’intérieur. Il faut souhaiter maintenant à Sébastien (Bézy, N.D.L.R.) de rentrer avec le même enthousiasme et la même volonté, d’avoir le même comportement. Nous avons deux joueurs avec du talent. Iil était intéressant de voir ce que Maxime pouvait apporter à l’équipe dans un contexte qui sera plus compliqué que les deux matchs au Stade de France."

Burban et Lauret associés pour contrer les Gallois ?

"Je ne vous donnerai pas d’indication particulière. Antoine est avec nous depuis le début. C’est un garçon manquait de compétition jusque-là. De ce point de vue, il n’est donc pas encore à son meilleur niveau mais on veut le voir dans ce contexte difficile car il a effectivement des qualités pour rivaliser avec la puissance des Gallois. On attend donc de lui qu’il rivalise avec la troisième ligne galloise."

Une préparation écourtée

"On savait que la semaine serait très courte, on s’est adapté. On a fait beaucoup plus de récupération. Évidemment, on a passé moins de temps sur le terrain, Guilhem (Guirado), tout particulièrement. On ne s’est pas retourné sur ce qu’on ne pouvait pas faire. On s’est concentré sur le détail. Le plus dur, c’est d’avoir lâché les joueurs qui se sont concentrés sur leur club le week-end dernier, pour ensuite les remobiliser sur un nouveau match de niveau international. J’espère que le fait d’être arrivé sur place dès ce soir (mercredi) nous permettra de faire un match de haut niveau."

Les Gallois sont favoris

"Pour avoir joué dans un club annoncé souvent favori, je sais que ça ne veut rien dire. Le pays de Galles occupe une place devant la France au classement World Rugby (ndlr : les gallois sont 4es), c’est qu’il le mérite. On essaiera de réaliser le meilleur match possible avec tout le respect et toute l’admiration que l’on doit à cette équipe galloise. C’est une équipe qui, par le passé, a souvent posé des problèmes à la France. On va essayer de jouer comme de bons petits français."

Le jeu au pied pour contrer la « rush defense »

"On attend un match plus équilibré, avec des séquences qui rappelleront certains moments intéressants de l’Italie et d’autres face à l’Irlande. On essaiera de ne pas délaisser un secteur pour optimiser l’autre. En deux jours, on a essayé de rappeler ce qu’on avait fait. On a rappelé que face à l’Italie nous avions été intéressants sur le plan du jeu mais très mauvais sur le plan défensif. Contre l’Irlande, on a été quasiment nuls sur le plan offensif et très bons en défense. On aimerait bien trouver un équilibre plus intéressant. Seulement, défier le pays de Galles, c’est encore autre chose. On va voir ce que les Gallois vont accepter de nous laisser faire."

Le "couac" David Smith

"Je ne vais pas m’étendre là-dessus car je suis à deux jours d’un match du Tournoi des 6 Nations. Vous avez exprimé à travers les médias – et c’est normal – ce passage-là comme un couac. Je rappelle tout simplement que nous avons eu deux joueurs blessés samedi et qu’il a fallu réagir rapidement. La décision a été de faire monter à Paris ce joueur, même si nous avions des doutes sur sa qualification. On a préféré le faire venir pour ne pas perdre de temps. J’ai donc vécu cette situation bizarrement. Mais, je me suis expliqué avec lui, il a très bien compris. C’est un garçon charmant, il est rentré chez lui. Et voilà...

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?