Gatland règle ses comptes avec la France

  • Gatland règle ses comptes avec la France
    Gatland règle ses comptes avec la France
Publié le , mis à jour

Auteur d’une attaque en règle sur la qualité du Top 14 il y a une dizaine de jours, Warren Gatland, le sélectionneur du pays de Galles, en a remis une couche cette semaine. Dans son viseur : le rugby français et son championnat professionnel. Franchement, ça décape.

Pour Warren Gatland, le Top 14 est au rugby gallois ce que Mac Do est à la gastronomie française. Depuis longtemps, le sélectionneur des Diables rouges porte une haine jamais démentie à la compétition que l’on qualifie souvent comme étant le "meilleur championnat du monde". Autrement dit : la compétition domestique la plus riche et la plus rémunératrice pour les joueurs.

Il y a une dizaine de joueurs, l’ancien patron des Lions britanniques, interrogé sur le retour au pays la saison prochaine de son trois-quarts centre Jonathan Davies, avait déjà, dans une déclaration teintée d’ironie, fustigé le championnat de France. Extrait : « C’est une très bonne chose qu’il (Jonathan Davies) revienne au pays de Galles. Je crois qu’aucun de nos joueurs ne s’est amélioré en allant en France. Aucun n’est revenu meilleur. Donc, le fait que Jonathan ait décidé de rentrer à la maison va nous permettre de travailler avec lui. Avec un peu de chances, il va retrouver son meilleur niveau et s’améliorer. » Et pan ! Dans les dents. Franck Azéma, le manager de l’ASM Clermont-Auvergne, où évolue encore aujourd’hui Davies, appréciera.

Nuisible, le Top 14 ?

Mais quand Gatland a une idée en tête, il n’en démord pas. Il prend même un malin plaisir à enfoncer le clou. Encore une fois sollicité par les médias sur la performance des Gallois évoluant en France, il a développé sa pensée. « On ne parle pas d'un point vue rugbystique, mais plutôt du point de vue de l'environnement : les joueurs reviennent de France chez nous en moins bonne forme que quand ils étaient partis. D’un point de vue médical, de la condition physique... La saison en France est si longue... C'est une saison très longue qui ne prend fin qu’à la mi-juin. Il y a beaucoup de raison hors terrain : en matière de préparation physique, la longueur de la saison, l'encadrement médical qui leur est proposé là-bas, cette accumulation de choses nuit à la performance humaine. » Et ce dernier de conclure sur le sujet par une touche d’humour « So british » : « Et puis, aussi les garçons gallois, aiment bien rester près de leurs mamans... »

Une ode à Novès

Finalement, aux yeux de Warren Gatland, seul Guy Novès trouve grâce. « Il suffit de regarder ce qu'il a accompli avec Toulouse, a-t-il commenté. Il a été exceptionnel, extraordinaire, il a été un sacré coach qui a pleinement réussi. Il bénéficie d'un commandement naturel, d’un respect pour ce qu'il a réussi en tant que coach. Pour moi, ça fait une grosse différence au sein d’une équipe. Les joueurs sont d’ailleurs très respectueux pour ce qu'il fait et ce qu'il a fait. Cette harmonie, cette unité au sein de l'équipe de France, c'est clairement ce qu'ils a manqué durant les dernières années. » Cette fois-ci, c’est Philippe Saint-André, l’ancien sélectionneur des Bleus qui goûtera les propos de Gatland. Bref, vous l’aurez compris, dès lors qu’il s’agit d’évoquer, de près ou de loin, la France et ses sujets, le sélectionneur gallois se montre toujours très volubile. Vivement vendredi soir pour découvrir sa prochaine cible...

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?