Un banc en plein remaniement

  • Un banc en plein remaniement
    Un banc en plein remaniement
Publié le / Mis à jour le

La préparation de la saison prochaine passe par la constitution d’un nouveau staff technique : Crenca n’est pas conservé, Prosper est en sursis et le rôle de Blin devrait être repensé.

Si son avenir paraît presque scellé avec une prévisible descente en fin de saison, le SUALG n’en reste pas moins soucieux de préparer au mieux son retour en Pro D2. À cette fin, Alain Tingaud et les décisionnaires du club lot et garonnais ont entamé une réflexion de fond sur la composition de leur encadrement. Depuis des semaines, le président prospecte, scrute, reçoit. Sa première décision vient de tomber ce mardi, au terme d’une réunion organisée en haut lieu : l’historique entraîneur des avants Jean-Jacques Crenca ne verra pas son contrat renouvelé au terme de la saison en cours. Cette issue était pressentie même si l’intéressé avait clamé son désir de poursuivre l’aventure à Armandie. Egalement en fin de contrat, le responsable de la ligne des trois-quarts Stéphane Prosper se trouve en sursis. Egalement reçu ce mardi, le technicien souhaite signer un nouveau bail. Sa direction n’a pas encore tranché à son sujet.

Reggiardo, c’est chaud !

Le sort de Stéphane Prosper va conditionner la constitution du prochain encadrement. Devant, un nom revient avec insistance : Mauricio Reggiardo. L’entraîneur argentin, sous contrat avec Albi jusqu’en juin 2018, possède une clause dans son contrat et se trouve en désaccord avec sa hiérarchie. Son départ semble devenu inéluctable. L’ancien messie du Castres olympique a déjà rencontré à plusieurs reprises Alain Tingaud. Christophe Hamacek, ancien entraîneur de Béziers, s’est également proposé. Son nom a d’ailleurs aussi circulé du côté… d’Albi. Pour le poste de trois-quarts, la piste la plus chaude, en cas de non-prolongation de Stéphane Prosper, mène à David Aucagne, actuellement en poste à la Section paloise. L’ancien ouvreur se trouve pourtant lié au club béarnais pour encore une saison mais un départ anticipé n’est pas à exclure.

Au milieu de tout ça demeure une autre inconnue : le devenir du manager et directeur exécutif Mathieu Blin. L’ancien talonneur international, encore sous contrat (2017+1), pourrait voir ses prérogatives administratives élargies aux côtés de l’emblématique Philippe Sella.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir