Montpellier au forceps

  • Montpellier au forceps
    Montpellier au forceps
Publié le / Mis à jour le

Plus puissants, plus réalistes et plus cliniques que les Castrais, les Montpellierains se sont une nouvelle fois imposés grâce à leur dimension physique, et confirment qu'ils sont bien des prétendants légitimes à la qualification

MONTPELLIER – CASTRES: 22-19  (MT : 13-13)

Le résumé

L'entame de ce match fut castraise, à l'image de cette percée de Rallier qui aurait pu donner un essai si le talonneur avait moins hésité dans son deux contre un. L'action a néanmoins permis à Urdapilleta d'ouvrir le score. Montpellier a réagit peu après par une pénalité de Catrakilis. Le premier essai de la partie est venu d'un magnifique coup de pied par dessus de Kockott dans le coin du terrain, ramassé par Palis qui marqua sous les yeux d'un Ben Lucas défaillant dans la couverture du champ profond. Supérieurs par moment en mêlée les Montpelliérains ont refait un peu leur retard grâce à Catrakilis. L'un des tournants de cette rencontre est venu juste avant la mi-temps, avec ce carton jaune donné au Castrais Fa'asalele. Suite à la pénaltouche, les Montpelliérains ont inité un terrible ballon pénétrant qui avança sur trente mètres. À la conlusion, on trouva Qera qui s'effondra dans l'en-but. Mais les Castrais ont su exploiter au mieux la dernière munition du premier acte pour marquer une pénalité qui leur permit de recoller au score.

Au retour des vestiaires, la domination montpelliéraine s'est accentuée, facilitée un second carton jaune donné à Mihai Lazar qui n'a pas tenu tête à Nicolas Mas, tout juste entré en jeu. Toujours fidèles à leur jeu dans l'axe, les Héraultais ont gagné inlassablement du terrain, jusqu'à aller derrière l'en-but par Bismarck du Plessis, dont l'essai a été refusé à la vidéo. Quelques instants plus tard, Trinh-Duc a néanmoins redonné l'avantage aux siens par une pénalité, et récidivé quelques minutes plus tard. A quelques minutes de la fin du match, une pénalité de Kockott offrit tout de même un point de bonus mérité aux Castrais, qui ont toutefois tremblé de perdre ce précieux point sur une ultime pénalité de François Steyn, qui passa à droite des perches. 

Le meilleur

François Trinh-Duc
Difficile d'attribuer le titre d'homme du match dans cette partie qui fut ultra cadenassée...D'autant que la performance montpelliéraine repose davantage sur la puissance et les efforts de son pack plutôt que sur la performance d'un seul homme. Néanmoins, la prestation de l'ouvreur international François Trinh-Duc est à signaler, tant son entrée a redonner un coup de fouet à l'attaque montpelliéraine qui, jusque là, se réduisait à une peau de chagrin. Plus vif et mordant que Catrakilis, Trinh-Duc a agressé la défense castraise et trouvé des intervalles pour lui et ses partenaires. Pour l'anecdote, l'ouvreur disputait là son 200ème match de sa carrière montpelliéraine. Et de toute évidence, il a soigné cet anniversaire. Le sélectionneur du XV de France Guy Novès appréciera...

Le tournant 

Fa’asaele relance bêtement Montpellier. Le carton jaune reçu par le troisième ligne castrais pour un plaquage à l’épaule sur Benjamin Fall a coûté chère à son équipe. Sur l’action suivante le MHR trouve une pénaltouche et construit un maul à vingt-cinq mètres de l’en-but tarnais.  Le maul avance d’abord sans résistance avant de se désaxer vers les poteaux. Et ne sera au final jamais arrêté par la défense du C.O dépassée par la puissance du pack héraultais. Qera marque son quatrième essai de la saison (toutes compétitions confondues) et permet aux Héraultais de passer en tête pour la première fois de la rencontre. Alors qu’ils étaient totalement perdus sur le pré jusqu’alors et inexistants offensivement. Merci Piula Fa’asaele ! Le Tongien a reçu son premier carton jaune de la saison à l’Altrad Stadium et a permis aux locaux d’entrer enfin dans leur rencontre, en inscrivant dix points en supériorité numérique (un essai transformé et une pénalité).

 Le plus bel essai 

 

L’inspiration de Rory Kockott et la conclusion de Geoffrey Palis. Ou comment transformer une action anodine en un temps fort bonifié. Alors que la ligne défensive héraultaise se replace tranquillement sur les cinquante mètres, Kockott décide contre toute attente, de tenter un coup de génie derrière un regroupement. Le demi de mêlée castrais tape une merveille de diagonale dans le dos de Nagusa qui oublie de se replier. La trajectoire de son coup de pied est parfaite. A la course, Palis arrive le premier sur le ballon, qu’il récupère en coin pour aplatir juste devant le nez de l’arrière Lucas, trop lent dans son replacement. Quel geste de Kockott qui a fait basculer cette action a lui seul. La classe !

La fiche technique

À Montpellier – Samedi 20h45 – 10943 spectateurs

Arbitre: M. Cardona (Poitou-Charentes). Note: *
Évolution du score : 0-3, 3-3, 3-10, 6-10, 13-10, 13-13 (M.T); 16-13, 16-16, 19-16, 22-16, 22-19

MONTPELLIER 15. Lucas; 14. Nagusa, 13. Ebersohn, 12. Steyn, 11. Fall; 10. Catrakilis (21. Trinh-Duc, 55e),  9. Paillaugue (20. White, 64e); 7. Liebenberg, 8. Qera (19. Spies, 66e), 6. Ouedraogo (cap.);  5. Privat (18. Jac. Du Plessis, 53e), 4. Willemse; 3. Jan. Du Plessis (23. Mas, 53e), 2. B. Du Plessis (16. Ivaldi, 77e), 1. Nariashvili (17. Watremez, 53e) 

CASTRES 15. Palis; 14. Caminati, 13. Combezou (22. Vialelle, 64e), 12. Lamerat, 11. Smith; 10. Urdapilleta (21. Dumora, 66e), 9. Kockott; 7. Bias (17. Tichit, 55e), 8. Fa’asaele (19. Babillot, 66e), 6. Caballero (cap.); 5. Gray, 4. Samson (18. Capo Ortega, 64e); 3. Montes (23. Martinez, 57e), 2. Rallier (16. Mach, 55e), 1. Lazar

Montpellier: 1E Qera (37e); 1T Catrakilis (37e); 5P Catrakilis (9e, 30e, 47e), Trinh-Duc (68e, 73e)
Non entré en jeu : 22. Floch

Castres: 1E Palis (12e); 1T Urdapilleta (12e); 4P Urdapilleta (5e, 40e), Kockott (50e, 77e)
Cartons jaunes: Fa’asaele (36e), Lazar (54e)
Non entré en jeu : 20. Séron

LES BUTEURS : Catrakilis : 3P/4, Trinh-Duc : 2P/2, Steyn : 0P/1 ; Urdapilleta : 1T/1, 1P/2 ; Kockott : 0DG/1, 2P/2

LES MEILLEURS : A Montpellier : B. Du Plessis, Qera, Trinh-Duc, Ebersohn, Jac. Du Plessis, Willemse ; à Castres : Gray, Palis, Bias, Lamerat, Kockott 

Par Simon Valzer et Julien Louis

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir