Mela : « Ça se joue à quarante centimètres »

  • Mela : « Ça se joue à quarante centimètres »
    Mela : « Ça se joue à quarante centimètres »
Publié le / Mis à jour le

Arnaud Méla, le deuxième ligne et capitaine de Brive, revient sur le match nul de son équipe face au Stade toulousain (21-21). Il regrette un manque de maîtrise en fin de rencontre.

Quel est votre sentiment après ce match nul contre Toulouse ?

Si nous avions plus de maîtrise dans les cinq dernières, nous aurions tué le match. Nous avons un jeu au pied malchanceux qui sort de l’en-but. Ça se joue à quarante centimètres. Si le ballon était resté dans l’en-but, nous aurions pu coincer les Toulousains dans leur camp. Il restait alors quatre minutes à jouer et le match était terminé. Après, nous avons été sanctionnés sur les deux, trois dernières mêlées. On a pris un carton jaune, très sévère à mon avis, car notre joueur fait action de jeu et prend le ballon sans être hors-jeu. Donc, il y avait juste à revenir sur l’avantage sans mettre un carton. Après, nous avons un peu de chance sur le dernier coup de pied mais ce n’est pas de ma faute si Sébastien Bézy s’est positionné aussi près des poteaux.

La déception vient-elle du fait que votre équipe a réussi à dominer Toulouse, notamment en première période alors que vous jouiez face au vent ?

On travaille autant que les autres la semaine et on essaie de mettre en place des choses. Quand on s’y tient ça porte ses fruits. Nous avons une équipe de qualité et nous sommes capables de faire des belles choses. Après, nous avons manqué de maîtrise deux ou trois fois pendant la rencontre pour peut-être pousser les Toulousains à la faute, c’est-à-dire garder le ballon sur un ou deux temps de jeu de plus pour les pousser à la faute et pouvoir scorer. Cela nous aurait permis d’avoir un peu plus de marge.

L’état d’esprit avait été pointé du doigt à Toulon, êtes-vous rassurés ?

Au niveau de l’état d’esprit c’est très bien car nous avions passé deux week-ends compliqués et nous avions besoin de nous retrouver. Après, le résultat final est mitigé mais il ne fallait pas rester à portée de fusil. C’est le sport.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir