Le Stade Français prend le bonus face à la Rochelle

  • Le Stade Français prend le bonus face à la Rochelle
    Le Stade Français prend le bonus face à la Rochelle
Publié le , mis à jour

Pour le compte de la 13ème journée de Top 14, qui devait se jouer le weekend des attentats de novembre, le Stade Français prend le dessus sur le Stade Rochelais au Stade Jean Bouin. 

Résumé du match :

Dans la fraîcheur parisienne en ce jour de Crunch et donc de doublon dans un stade Jean-Bouin relativement peu garni, on ne savait pas trop à quoi s'attendre, en l'absence des Flanquart, Plisson et autres Atonio retenus, eux, en équipe de France. Au final, et ce dès l'entame, la rencontre entre Parisiens et Rochelais s'est révélée complètement débridée. Il n'a fallu pas même trois minutes pour que Pascal Papé et les siens enflamment cette rencontre d'une belle concrétisation en bout de ligne de Julien Arias. Menés 12-0 après moins de dix minutes de jeu, les Charentais, eux, ont parfaitement su réagir, mais sans jamais prendre le dessus, malgré dix minutes en supériorité numérique. Toujours aussi pressants au retour des vestiaires (19-17), ils ont poursuivi sur la lancée de leur bonne montée en puissance en occupant la moitié de terrain adverse. Mais sans jamais réussir à prendre l'avantage. Jusqu'à ce que les Parisiens, parfaitement réalistes en deuxième période, inscrivent l'essai de la délivrance peu avant la fin de la rencontre, par un Williams bien aidé par un Danty omniprésent ce samedi (33-20). Les Maritimes, quant à eux, pourront s'en vouloir, non pas à cause de leur entame ratée, mais surtout pour leur manque d'efficacité en deuxième période. Et la rencontre, elle, a ainsi délivré un très beau spectacle, avec pas moins de sept essais inscrits et de sacrées envolées au fil des 80 minutes. Avec cinq réalisations contre deux, les hommes de Gonzalo Quesada réussissent même finalement à récupérer le point de bonus offensif. Mais ils auront longtemps tremblé.

 

Le plus bel essai

Il est signé Djibril Camara dés la 7ème minute. Le Stade Français a bien profité de ses internationaux sur ce coup là. A l’origine, une percée de Danty. Enfin, une percée… Le centre parisien a voulu prendre un intervalle et deux Rocherais lui ont sauté dessus. Il les a trainés sur 20 mètres jusqu’à une dizaine de mètres de l’en but rochelais. La balle sort rapidement. Dupuy transmet à Steyn. La suite sera une transmission de balle dans le bon tempo jusqu’à Bonneval, qui cadre le dernier défenseur dans un mouchoir et décale Camara en bout de ligne. Arias avait inscrit le premier essai de la partie à la 3ème minute. Ce deuxième mouvement limpide donne 10 points d’avance aux Parisiens à peine le match commencé. 

 

Le Fait du match

On joue la 70ème minute, et le Stade Français bénéficie d’une pénalité au 40 mètres. Steyn va la taper. Mais l’arbitre le fait patienter pour autoriser les seigneurs à officier. Pendant ce temps là, le chronomètre tourne. Le préposé a lancé le décompte du temps autorisé au buteur pour transformer son but, et ne l’a pas arrêté. Au moment au Steyn s’élance, le chronomètre arrive à zéro. L’arbitre interrompt l’ouvreur parisien dans son geste. Fureur du banc parisien. Quesada demande la vidéo en vain. Buonanoto monte en tribune et invective vertement le responsable du temps. Le match devient électrique. Sur l’action suivante, La Rochelle initie une superbe action et manque de marquer un essai. Sur la suivante, c’est le stade Français qui franchit la ligne par l’intermédiaire de Steyn. 5 minutes de folie. 

 

 

 

Le Tournant

On jouer la 28ème minute et La Rochelle a le vent en poupe. Les Maritimes ont récupéré leur début de match complètement manqué et bénéficient d’une supériorité numérique intéressante. Sylvain Nicolas et le pilier Feao avaient déjà été exclus 10 minutes en raison d’une altercation juste avant l’essai d’Alberts (19e). Les deux équipes évoluaient à 14 contre 14 quand Pascal Papé a reçu un carton jaune à son tour. Le seconde ligne parisien a coupé volontairement un action d’essai de La Rochelle à 5 mètres de la ligne, amenée par une grosse percée de Botia au coeur d’un ruck. L’arbitre est gentil : il accorde seulement une pénalité alors que l’essai de pénalité pouvait tomber. En face des poteaux, le centre Baraque transforme facilement et La Rochelle revient à 2 points (19-17). Sur le coup de renvoi au centre du terrain, Steyn se manque, et le ballon ne fait pas 10 mètres. La Rochelle bénéficie d’une mêlée au centre du terrain, et en l’absence de Pascal Papé, emporte littéralement le paquet parisien. L’arbitre accorde une pénalité. Baraque trouve une touche à 5 mètres d’un magistral coup de pied. Sur la pénaltouche, La Rochelle emporte le paquet d’avants parisien et s’écroule dans l’en but. L’arbitre ne voit pas le ballon, et sans commander la vidéo, décide d’accorder une mêlée à 5 mètres pour les Rochelais. Nicolas et Feao refont leur entrée à ce moment là. Les Parisiens résistent à la poussée, et récupèrent même une pénalité grâce à leur défense. La Rochelle vient de manquer deux occasions de repasser devant. 

 

 

L’homme du match

Le troisième ligne Willem Alberts jouait son deuxième match consécutif avec les Parisiens depuis son retour de blessure. Il monte clairement en puissance. Sa présence physique en défense a été précieuse. Sur son essai, il a assez facilement enfoncé la défense alors qu’il se trouvait à un mètre de la ligne. Il a aussi été l’auteur d’une percée limpide en se positionnant dans un bon intervalle. Le Sud Africain répond présent au bon moment, quand le Stade Français traverse une période difficile. De bonne augure pour la suite. Les Parisiens dispose d’un nouvel homme fort dans leur paquet d’avants. 

 

Paris – La Rochelle : 33-20

Stade Jean-Bouin, samedi 19 mars, 14h30 – Arbitre : M. Attalah (Franche-Comté)

PARIS > 15. Bonneval ; 14. Arias, 13. Doumayrou (21. Williams, 57e), 12. Danty, 11. Camara (22. Sinzelle, 51e) ; 10. Steyn, 9. Dupuy (20. Daguin, 62e) ; 8. Ross (19. Lakafia, 33e), 7. Alberts (18. Mostert, 76e), 6. Nicolas (23. Oléon, 80e) ; 5. Papé (cap.), 4. Pyle ; 3. Alo-Emile, 2. Sempéré (16. Bonfils, 57e), 1. Felsina ( 17. De Malmanche, 7e).

LA ROCHELLE > 15. Bérard (23. Bazadze, 28e - 32e) ; 14. Hingano (22. Aguillon, 46e), 13. Barraque, 12. Botia, 11. Murimurivalu ; 10. Fortassin (21. Holmes, 46e), 9. Audy ; 8. Gourdon (18. Lagrange, 60e), 7. Kieft (19. Sazy, 56e), 6. Amosa ; 5. Qovu, 4. Eaton ; 3. Feao (23. Bazadze, 51e), 2. Forbes (16. Sénéca, 33e – 40e, 76e), 1. Synaeghel (17. Corbel, 48e).

Evolution du score : 7-0, 12-0, 12-7, 19-7, 19-14, 19-17 (MT) ; 26-17, 26-20, 33-20.

Paris : 5E Arias (3e), Camara (8e, 45e), Albert (20e), Williams (74e) ; 3T Steyn (5e, 21e, 46e)

Cartons jaunes : Nicolas (21e), Papé (27e)

La Rochelle : 2E Hingano (17e, 24e) ; 2T Barraque (18e, 25e) ; 1P Barraque (64e)

Carton jaune : Feao (21e)
Non entré en jeu : 20. Lebail.

Les buteurs : Steyn : 4T/5 ; Barraque : 2T/2, 2P/3

 

Par Bruno Poussard et Guillaume Cyprien. 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?