Force reste aux Gallois

  • Force reste aux Gallois
    Force reste aux Gallois
Publié le , mis à jour

Mis sous pression par leur sélectionneur Warren Gatland, les Gallois ont clôturé leur Tournoi par un festival offensif face à une équipe d’Italie en pleine déconfiture.

Le coup de gueule de Warren Gatland après la défaite en Angleterre aura donc porté ses fruits. Car si à vrai dire, on ne se faisait guère de doute quant à la la teneur du résultat final, l’important résidait dans la manière. Or, le XV new-look concocté par le sorcier kiwi (promotion de Lydiate comme capitaine à la place de Warburton blessé, titularisations de Webb, Amos et Charteris à la place de Davies, Cuthbert et Alun-Wyn Jones) a bien tenu son premier objectif, qui consistait à débuter la partie autrement qu’à Twickenham, où l’apathie de ses hommes avait mis Gatland hors de lui. Portés par une mêlée ultra-conquérante dans le sillage de son droitier Samson Lee, les Gallois ont su creuser l’écart au score d’entrée de jeu, à la grâce d’un essai de Webb suivi de deux pénalités de Biggar. Pour sa probable dernière sélection dans le cadre des Six Nations, Martin Castrogiovanni aura ainsi vécu un petit enfer face à Rob Evans, débouchant logiquement sur un carton jaune infligé au demi de mêlée Pallazzani pour une intervention litigieuse. Et si quelques sifflets se firent entendre depuis les tribunes pendant cette supériorité numérique (notamment lorsque Lydiate choisit de tenter une pénalité à dix mètres de l’en-but italien), cette période permit aux Gallois d’user leurs adversaires. C’est ainsi que le festival débuta réellement à partir de la demi-heure de jeu, d’abord par un une-deux gagnant entre Biggar et Roberts (30e) puis un mouvement collectif d’ampleur conclu par Jonathan Davies (32e). Une démonstration évidemment poursuivie en deuxième mi-temps, appuyée par les colosses Roberts (44e) et North (48e), après un exploit individuel.

Courte révolte italienne

Certes, une petite révolte italienne aboutit à un essai en force inscrit par le demi de mêlée Palazzanni derrière un ballon porté (53e), avant une réalisation de Gonzalo Garcia après un superbe offload de l’ouvreur de l’Usap Tommaso Allan (61e). Mais ces deux éclairs se résumèrent à un feu de paille, les Gallois replaçant leur emprise de fer sur la rencontre. Un final qui permit au jeune Moriarty, précocement entré en jeu à la place de Tipuric, de fêter de la meilleure des façons sa première sélection par un doublé, (64e, 80e), avant un ultime essai de Gareth Davies. Bilan : une déculottée record à Cardiff, 67-14. Castrogiovanni et Brunel rêvaient sûrement d’une autre fin...

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?