Midol 7 et Centrale 7 font l'événement

  • Midol 7 et Centrale 7 font l'événement
    Midol 7 et Centrale 7 font l'événement
Publié le , mis à jour

En amont des deux tournois majeurs (Midol 7 et Centrale 7) organisés par l’association Centrale 7, s’est tenue la traditionnelle soirée de lancement à Paris, au cœur du Stade Jean-Bouin. Une soirée qu’il ne fallait pas rater. Récit.

C’est dans l’un des luxueux salons du stade Jean-Bouin, magnifique écrin parisien, lieu de résidence du Stade français, que les étudiants de Centrale-Supélec ont officiellement lancé les deux grands événements du printemps. Le 14 avril prochain, sur le campus de l’école Centrale, se déroulera le Midol 7, tournoi réunissant les plus grandes écoles et leurs partenaires (Polytechnique, Sciences Po-Midi Olympique, Alten, Léon Grosse, Supélec, HEC, Mazars) dans un plateau qui sera féminin et masculin. Le Midol 7 est déjà une date que l’on coche dans le calendrier du rugby universitaire français, avec pour enjeu le prestige d’apporter la victoire à son école. Quant au Centrale 7, dont ce sera la douzième édition, il se tiendra les 12 et 13 mai et réunira les plus grandes écoles du monde dans un tableau prestigieux. Deux événements majeurs sur la grande scène du rugby à 7 qui a donc débuté mardi dernier sous les lustres « grand siècle » du salon principal du stade Jean-Bouin. Pour l’occasion, près de quatre cents invités avaient répondu présent à cette grande soirée de lancement.

Les premiers mots ont évidemment été pour Valentin Tréan, le président de l’association Centrale 7. Ce dernier a présenté brillamment les enjeux de ces deux manifestations pour son association d’étudiants et a tenu à remercier tout particulièrement Christophe Gallon, directeur de l’organisation de la scolarité à l’École Centrale-Supélec sans qui rien ne serait possible. Christophe Gallon a d’ailleurs rappelé combien il était important pour les étudiants de s’investir dans ce genre de projet et a apporté tout son soutien à Centrale 7. Pour conclure ce préambule, Jean-Nicolas Baylet, directeur général du groupe La Dépêche du Midi, accompagné de Frédéric Touraille, directeur général adjoint, est venu expliquer les raisons qui poussent Midi Olympique à être partenaire d’un tel événement. « Ce partenariat, c’est une évidence », a-t-il confié dans un exposé vantant les mérites du rugby à 7 et les valeurs développées au sein des grandes écoles.

« Un véritable changement de culture »

Mais une soirée de lancement du Midol 7 et de Centrale 7 ne serait rien sans ce grand débat d’idées autour du développement du rugby à 7 en France et à travers le monde. Pour le coup, les étudiants de Centrale 7 avaient réuni un plateau de premier choix. Parmi les intervenants étaient présents l’ancien international à 7 et désormais consultant Jean-Baptiste Gobelet, mais aussi Jean-Louis Boujon, vice-président de la FFR en charge du projet Olympique, le directeur technique national Didier Retière et le maître des lieux Thomas Savare, président du Stade français-Paris, ancien Centralien pour l’anecdote.

Durant plus d’une heure, les débatteurs ont ainsi abordé les axes de développement du 7 à travers l’hexagone, Didier Retière avançant notamment que le 7 nécessite aujourd’hui « un véritable changement de culture ». Jean-Louis Boujon a, lui, souligné le travail de fond effectué auprès des sélections Olympiques mais également sur l’ensemble du territoire avec le Circuit Élite Sevens ouvert à toutes les équipes affiliées FFR. Mais, de l’avis général, ce sont les jeux Olympiques qui contribueront à populariser définitivement la discipline. « Les jeunes vont venir, il faut préparer les clubs à accueillir mais aussi réinvestir l’école. Le rugby y est né et doit s’y développer », a insisté Jean-Louis Boujon. Une position partagée par Jean-Baptiste Gobelet qui a vanté le système universitaire américain, affirmant que « le développement du 7 doit se faire par la base ». Justement, ça tombe bien. En attendant de débarquer du côté de Rio, l’actualité du rugby 7 passera par le campus de Centrale à l’occasion de ces deux tournois universitaires de plus en plus prestigieux.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?