Les cinq infos à retenir du week-end

  • Les cinq infos à retenir du week-end
    Les cinq infos à retenir du week-end
Publié le , mis à jour

Toulon défait de sa couronne européenne, le Stade Français qui sombre à Leicester, ou encore Montpellier et Grenoble en très grande forme. Voici les cinq leçons à retenir du week-end.

- Toulon perd sa couronne

 

Le champion est tombé. Après trois années de domination sans partage sur l'Europe, les Toulonnais ont donc cédé leur couronne dimanche après-midi à Colombes face au Racing. Après une entame de match catastrophique, on croyait les hommes de Bernard Laporte remis sur le chemin de la victoire après l'essai d'Ollivon et un score de parité à la pause. Mais cette fois-ci, la chance n'a pas tourné du côté des Rouges et Noirs. Et sur une erreur du géorgien Chilachava, l'arbitre de la rencontre Monsieur Barnes a offert la pénalité de la victoire aux Racingmen. Maxime Machenaud n'a pas laissé passer l'occasion et Toulon réduit donc sa fin de saison à un objectif : le bouclier de Brennus.

 

- Le Racing gagne (presque) sans Carter

 

Soixante-dix-huitième minute. Nouvelle pénalité pour le Racing. Au bout du pied de Maxime Machenaud, une place en demi-finale. La pression est grande sur l'international français, qui vient de louper une pénalité quasiment similaire quatre minutes plus tôt. Mais cette fois, ça passe et le Racing élimine Toulon. Machenaud devient le héros à la place de Carter. Le néo-zélandais, blessé en première mi-temps au genou, a joué quasiment toute la partie sur une jambe. Diminué, il n'a pas eu le rendement souhaité. Mais qu'importe. Le Racing 92 a appris à quasiment se passer de son demi d'ouverture star. Une bonne nouvelle pour Laurent Labit pour la suite de la compétition mais aussi pour les phases finales du Top 14.

 

- Pas de miracle pour le Stade Français

 

On peut quasiment dire que la saison du Stade Français est terminée. Certes, il reste six journées de championnat. Mais les Parisiens n'ont plus rien à espérer. On voulait croire à un miracle sur la pelouse de Leicester hier. Mais rien n'est venu. Trop d'erreurs, trop d'approximations, trop de lacunes. Et le score s'en est ressenti. Six essais et une claque 41 à 13 sont venus réduire à néant les espoirs de Gonzalo Quesada dans cette Champions Cup. Une saison galère jusqu'au bout en somme. Et le calvaire n'est peut être pas terminé. Le Stade reçoit une équipe de Montpellier en pleine confiance dimanche...

 

- Grenoble et Montpellier surfent sur leur dynamique

 

En pleine confiance en championnat, Grenoblois et Montpelliérains ont transféré cette confiance sur les terrains de la Challenge Cup ce week-end. Les hommes de Jake White ont réussi l'exploit d'aller gagner sur la pelouse de Sale vendredi soir (19-25). En demi-finale, les Héraultais recevront à l'Altrad Stadium les Gallois de Newport. Les Grenoblois, eux, se déplaceront en Angleterre pour y défier les Harlequins. Héroïques, les Isérois se sont imposés face au Connacht sur un drop de dernière minute de Jonathan Wisniewski. Les rendez-vous sont prévus pour dans deux semaines.

 

- Pro D2 : la course aux phases finales plus serrée que jamais

 

Qui accompagnera le LOU en Top 14 à l'issue des phases finales ? Pas facile à dire surtout que les demi-finalistes sont loin d'être connus. Bayonne, battu à Perpignan, et Aurillac, large vainqueur de Carcassonne, ont un bon matelas d'avance mais doivent rester vigilant. Béziers et Perpignan, vainqueurs de deux concurrents directs (respectivement Albi et Bayonne), tiennent pour le moment les deux dernières places qualificatives mais Colomiers, victorieux de Aix-en-Provence, et Mont-de-Marsan, petit vainqueur de Narbonne, restent à l'affût. Le week-end prochain, toutes ces équipes, à l'exception de Bayonne, se déplacent. La course s'annonce plus passionnante que jamais.

 

Par Kevin Saccani

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?