Toulon : une leçon à retenir

  • Toulon : une leçon à retenir
    Toulon : une leçon à retenir
Publié le , mis à jour

Toulon a été éliminé au bout du suspense de la Coupe d’Europe, ce dimanche, à Colombes. Cette rencontre va servir de base de travail et de réflexion pour la suite de la saison. Avec une obsession en devenir : la discipline.

« Pas de fautes, pas de fautes… » Bernard Laporte, le grand apôtre de la rigueur défensive, a connu la pire fin de match possible, ce dimanche, à Colombes. Non seulement son équipe s’est inclinée in extremis face à son rival ciel et blanc. Mais elle a surtout offert sur un plateau la pénalité de la victoire à Maxime Machenaud sur une erreur de Levan Chilachava, entré sur le côté du regroupement à vingt-deux mètres de sa ligne, face aux poteaux. Un excès d’engagement et un déficit de lucidité fatal.

Si sur la globalité de la rencontre, le RCT s’est montré relativement précis, propre et lucide dans son organisation et ses attitudes défensives, avec neuf coups de sifflets concédés, il a commis des erreurs inacceptables voire incompréhensibles à ce stade de la compétition, assène le manager : « Nous perdons ce match à cause de notre indiscipline. Toute la semaine, j’ai dit qu’on gagnerait facilement en étant disciplinés. Ça n’a pas été le cas. Les joueurs ont donné sept fois la possibilité à l’adversaire de buter. Et sur des fautes complètement débiles. Si tu veux sauver la patrie en danger parce que l’adversaire va marquer, ok, mais pas sur des ballons lents à quarante mètres où il n’y a aucun danger. » Bernard Laporte ne manquera pas de le rappeler encore et encore d’ici la fin de saison à ses protégés, afin de ne pas voir ce scénario se répéter. Le sujet va devenir omniprésent : « Le haut niveau, c’est d’abord de ne pas pénaliser son équipe. Tu ne peux pas gagner des matchs couperet en commettant autant de fautes. »

Rien ne sera pardonné aux fautifs

Les Toulonnais retiendront-ils la leçon ? Pour tous les nouveaux prétendants à une place dans le XV de départ, Levan Chilachava, deux fois sanctionné, Charles Ollivon, sanctionné sur le coup d’envoi, ou encore Mamuka Gorgodze, auteur d’une faute aux quarante mètres en deuxième période, il vaudrait mieux. Car cette considération entrera en ligne de compte à l’heure de composer les feuilles de match. Avec Bernard Laporte aux commandes, les présumés coupables s’assoiront sans aucun doute sur le banc. Rien ne sera pardonné. « Certains se plaignaient de ne pas jouer la saison dernière. Mais ces mêmes-là font des fautes qui nous font perdre les matches. Je leur dis : « Voilà pourquoi vous ne jouiez pas… »» Et voilà comment Toulon est éliminé de sa compétition favorite.

Mise à part la discipline, sujet brûlant d’hier et obsession de demain, quels enseignements les Varois peuvent-ils tirer de cette rencontre pour l’avenir ? Guilhem Guirado, conscient des « fautes pas très intelligentes » commises par les siens, liste les raisons de croire à des lendemains heureux : « Le caractère de l’équipe a encore une fois fait force, l’équipe a franchi six à six fois et a davantage tenu le ballon. » Incontestablement, ce RCT possède encore la dimension physique et le talent pour aller loin. Mais pour espérer soulever de nouveau le Bouclier de Brennus, deux ans après son dernier titre, il devra parvenir à canaliser sa débauche d’énergie et ses belles intentions. Sous peine de connaître la même désillusion dans quelques semaines, source de regrets et de reproches…

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?